[BD] C’est dans les Vieux Fourneaux que...

Culture par Michel Pourcelot, journaliste L’inFO militante

Les seniors prêts à se faire matraquer ? Réponse dans le tome 5 des Vieux Fourneaux où ils démontrent qu’ils sont loin d’avoir perdu de leur verve depuis leur naissance il y a... quatre ans.

C’est dans les vieux fourneaux que l’on fait les meilleures recettes, la preuve en est puisque les aventures des terribles septuagénaires ont fait un tabac au cinéma en août, malgré des critiques peu enthousiastes, et qu’en BD le tome 5, sorti le 9 novembre, suit le même chemin. Il faut dire que le trio infernal, cumulant deux siècles, reverdit les seniors et joue sur le comique transgénérationnel.

Asile : migrants, vieux, même combat

Depuis leur naissance en 2014, Pierrot, Antoine et Mimile ne s’en sont jamais laissé conter et compte plus d’un million d’albums vendus. Ils doivent la vie à la plume de Wilfrid Lupano et le crayon de Paul Cauuet, duo à qui l’on doit déjà les tribulations des Tzaroms, arnaqueurs intergalactiques. Dans ce cinquième tome, les trois seniors survitaminés partent (en guerre) pour l’asile, d’où le titre de « Bons pour l’asile », et se mobilisent pour l’accueil des migrants, armés de leur verve audiardesque et de leurs grenades à bons mots. L’humour ne craint pas le nombre des années...

 

Les vieux fourneaux. Bons pour l’asile. Tome 5. De Wilfrid Lupano (scénario) et Paul Cauuet (dessins), sorti le 9 novembre 2018 aux éditions Dargaud. 56 pages. Prix : environ 12 €.

Sur le même sujet

Festival d’Angoulême 2017 : un monde en ébullition

Bande dessinée par Michel Pourcelot, journaliste L’inFO militante

Cette 44e édition de l’un des plus grands festivals de BD du monde (26 au 29 janvier) rassemble le gotha du genre et célèbre des classiques du neuvième art (Mickey, Gaston Lagaffe, Will Eisner, Valérian). Cela n’aura pas été sans mal après un bras de fer avec les puissants éditeurs, laissant bien des auteurs sur le carreau de la mine de crayon.