Culture

[B.D.] La Planète des Riches : dans l’espace, on n’entend pas les pauvres crier

, Michel Pourcelot

Recommander cette page

Des historiettes en BD sur la vie à bord d’un station-spatiale méga-luxe où les plus grandes fortunes du monde ont trouvé le moyen de littéralement ne pas être sur la même planète que le commun des mortels.

C’est du Pinçon Charlot, le couple de sociologues spécialistes de la très haute bourgeoisie, de très haut vol, aussi stratosphérique que les derniers bénéfices du CAC 40, mais en mode Fluide Glacial. La Planète des Riches est en effet signée d’un de ses dessinateurs vedettes, Mo/CDM. L’auteur-dessinateur, qui œuvre aussi à Psikopat et à Science et Vie Junior, s’en est donné à cœur-joie dans le style la Croisière spatiale s’amuse, du moins jusqu’à ce que la terreur s’empare de ce monde bling-bling en apprenant qu’un pauvre, repéré à son tee-shirt Decathlon, aurait réussi à s’introduire à bord. Animée par un mouvement de classe, une rombière embijoutée l’envoie dans un autre monde, avant que l’on s’aperçoive de la méprise : la victime, qui appartenait bien au beau monde, s’était déguisée pour le bal masqué à venir. Tragique méprise.

Un voyage de la Terre à la Thune

Au total, ce tome 1 (le second est prévu pour juin), intitulé Un voyage de la Terre à la Thune, propose huit historiettes de ce calibre, où les plus grosses fortune du monde flottent à 400 km au-dessus de Monaco et ne jurent que par Hermès (pas le dieu grec). Parfois un peu trop... riche, le graphisme est aussi fourni que le portefeuille d’actions des personnages et ces pauvres riches en bavent des ronds de chapeau pour dépenser en apesanteur, évitant le poids d’une quelconque culpabilité.

 

La Planète des riches, Tome 1. Un voyage de la Terre à la thune, de Mo/CDM, paru le 14 février 2018 aux éditions Fluide Glacial-Audie. Prix aux alentours de 10,95 euros.