L’Éditorial de Jean-Claude Mailly

Boum, splash, pschitt

, Jean-Claude Mailly

Recommander cette page

Il ne s’agit pas ici d’une reprise de la chanson de Serge Gainsbourg Comic Strip, mais d’une formule utilisée par la chef de file FO Marie-Alice Medeuf-Andrieu dans la négociation sur la modernisation du dialogue social. On nous annonçait un grand accord, un grand boum pour la modernisation des relations sociales.

Il y a dix jours, après deux jours et une nuit au siège du Medef, on a eu un splash.

Et, in fine, la négociation a fait pschitt.

Dès le début Force Ouvrière, tout en présentant ses revendications et propositions, a expliqué que le texte patronal n’était pas acceptable, notamment parce qu’il remettait en cause les CHSCT et le rôle de négociateur du syndicat.

Nombre de commentateurs libéraux affirmaient d’ailleurs que ce projet « novateur » correspondait en grande partie aux positions patronales.

Outre le fond du dossier, la méthode fut inacceptable. Autant nous savons que dans toute négociation il y a des bilatérales préalables, des bilatérales pendant la négociation, des réunions de « chefs de file » et des réunions plénières, autant il est inacceptable que la négociation se transforme en colloque privé et singulier entre une organisation patronale et une organisation syndicale, le tout « surveillé » de très près par le gouvernement.

C’est pour ces raisons que nous nous sommes adressés aux trois organisations patronales et aux quatre autres confédérations syndicales pour réclamer une réunion permettant de cadrer les procédures.

Pour nous, cela passe notamment par :

- un lieu neutre pour les négociations ;
- le respect de tous les interlocuteurs et le maintien du travail collectif ;
- l’examen de tous les projets d’accord déposés en plénière.

Les réponses sont dans l’ensemble positives. Il faudra donc que cela ait lieu.

Certaines organisations syndicales (deux dit-on) étaient proches de l’accord.

In fine, tant sur la méthode que sur le fond (il est difficile de rapprocher les deux rives d’un canyon), ils ont fait capoter la négociation. Les travailleurs et Force Ouvrière ne s’en plaindront pas.

Il appartient maintenant au gouvernement, comme il le dit lui-même, de se positionner. Nous lui conseillons la plus extrême prudence et rappelons ce vieux dicton : « chat échaudé craint l’eau froide ». 

A propos de cet article

Sur l’auteur

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Éditoriaux

Abonnez-vous à la lettre d’information « Éditoriaux du Secrétaire général de FO »

Agenda

Tous les événements à venir

  • Du 14 au 25 mai

    SOS Impôts
    Nos spécialistes sont à votre disposition du 14 au 25 mai 2018 (de 9h à 12h et de 14h à 17h, lundi (...)
  • Lundi 21 mai de 18h50 à 19h00

    France Info
    Pascal Pavageau sera l’invité de Jean Leymarie pour « L’Interview éco »
  • Mardi 22 mai de 08h00 à 09h00

    Public Sénat
    Pascal Pavageau sera l’invité de l’émission « Territoires d’Infos », présenté par Cyril (...)

Éphéméride

21 mai 1825

Mort de Henri de Saint-Simon
Sociologue français, auteur d’une doctrine dans laquelle il a exposé sa théorie de la société fondée sur le travail. Selon le saint-simonisme, l’État devrait assurer à chaque individu le développement libre de ses facultés. « À chacun selon sa capacité – disait-il – à chaque capacité suivant ces œuvres ». (...)

Sociologue français, auteur d’une doctrine dans laquelle il a exposé sa théorie de la société fondée sur le travail. Selon le saint-simonisme, l’État devrait assurer à chaque individu le développement libre de ses facultés. « À chacun selon sa capacité – disait-il – à chaque capacité suivant ces œuvres ». L’association internationale des peuples mettrait fin aux luttes sociales, abolirait la propriété privée, et l’État détiendrait les richesses de la nation et distribuerait les moyens du travail suivant les nécessités et l’intelligence de chacun. Et c’est l’association qui supprimerait l’exploitation de l’homme par l’homme et instituerait la justice universelle. Dans son livre : Parabolis, il a vivement critiqué les inégalités et les contradictions de la société. Son influence sur l’évolution des idées politiques et sociologiques était indéniable au XIXe siècle.