International

Bresil : les syndicats se mobilisent contre la politique économique et sociale du gouvernement Temer

, Evelyne Salamero

Recommander cette page

La CUT et Força Sindical, ensemble pour défendre les droits des travailleurs au Brésil.. Photographie : IndustriALL

Les huit principales centrales syndicales brésiliennes, dont la CUT et Força Sindical, ont lancé un appel unitaire pour une journée de mobilisation nationale ce 22 septembre, avec pour mot d’ordre : « aucune réduction de nos droits ! ».

Grèves, manifestations, rassemblements devant les lieux de travail… Les principales organisations syndicales brésiliennes ont décidé d’unir leurs forces pour organiser une mobilisation à travers tout le pays ce 22 septembre. Il s’agit aussi, expliquent-elles dans leur communiqué commun, de « se préparer à des actions plus fortes », y compris la grève générale précise la CUT, la plus importante numériquement, si le gouvernement Temer ne renonce pas à remettre en cause les droits sociaux.

Le 13 septembre, le nouveau président brésilien Michel Temer a annoncé un vaste plan de privatisations, dans des secteurs clés comme l’Energie, les infrastructures, les ports, et le transport ferroviaire, le réseau de distribution et d’assainissement de l’eau.

Le nouveau président brésilien veut inscrire l’austérité dans la Constitution

Le ministre du Travail a lui défendu l’allongement de la journée de travail à 12 heures.

Au programme également : une réforme des retraites et une loi travail qui prévoit notamment une inversion de la hiérarchie des normes et une remise en cause du principe de faveur à la brésilienne puisque les accords pourront désormais déboucher sur des droits inférieurs au minimum légal.

Enfin, alors que des coupes budgétaires de l’ordre de 30% dans l’éducation, la santé et les services ont d’ores et déjà été annoncées, le gouvernement a transmis au Parlement une proposition d’amendement visant à instaurer un plafonnement des dépenses publiques pendant vingt ans. Celles-ci ne pourront croître au-delà de l’inflation annuelle, même pour les secteurs de la santé et de l’éducation.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Evelyne Salamero

Journaliste - Rubrique internationale

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément