CDI intérimaire mon amour...

Intérim par Employés et Cadres

Article publié dans le Dossier Intérim
©Jean Claude MOSCHETTI/REA

Le patronat de l’intérim déclare sa flamme aux profits mais délaisse les salariés. Grâce à l’intervention de FO INTERIM, une négociation a lieu depuis mai 2021 pour trouver un accord et améliorer ce contrat créé en 2013 et légalisé en 2018. FO INTERIM a formulé des revendications constructives, nombreuses et précises.

Malheureusement après 1 an de négociation avec les organisations syndicales de l’intérim, cet accord de branche signé majoritairement n’apporte AUCUNE amélioration par rapport à l’accord de 2013. Le patronat ne veut pas donner d’avantages supplémentaires aux salariés qui sont en souffrance dans ce nouveau contrat qui offre uniquement une flexibilité aux entreprises utilisatrice et aux entreprises de travail temporaire :

• Les inconvénients de l’intérim sans aucun avantage !
• Pas de prise en compte de l’ancienneté (pas de NAO).
• Aucune liberté pour choisir ses missions.
• Une mobilité pouvant aller jusqu’à 40 KM (mais dérogation possible par l’employeur).
• Une montée en compétence très difficile, et une reconnaissance salariale illusoire.

FO INTERIM ne signera pas cet accord sans avantage pour les salariés

Employés et Cadres Secrétaire Général

Plus dans le Dossier Intérim
Tous les articles du dossier

Travail temporaire - Salaires… enfin une revalorisation ?

Fédération FEC-FO par Employés et Cadres

La prochaine Commission paritaire permanente de négociation et d’interprétation de la branche du travail temporaire aura lieu le 22 octobre 2021. La revalorisation des salaires minima hiérarchiques, qui s’appliquent à l’ensemble des salariés de la branche, est à l’ordre du jour.

Travail temporaire : FO dénonce le blocage du dialogue social dans la branche

InFO militante par Elie Hiesse, L’Info Militante

Pour la cinquième année consécutive, en 2020, les négociations sur les minima conventionnels des salariés permanents dans la branche du travail temporaire n’ont pas abouti, et ce malgré la présence d’un représentant du ministère du Travail obtenue par FO FEC-Intérim. Le syndicat demande la poursuite de cette présence en 2021, cette fois pour toute négociation de branche.