Cédric Noyer, délégué syndical central chez Areva NC : « Le nucléaire doit rester dans le giron de l’Etat »

Au XXe congrès de la Fédéchimie FO par Evelyne Salamero

Cédric Noyer, délégué syndical central chez Areva NC

FO Hebdo : L’État devrait consacrer environ 3 milliards d’euros au redressement d’Areva. Pensez-vous que cela soit suffisant ?

Cédric Noyer - Areva NC [1] : Le gouvernement doit annoncer le montant définitif de la recapitalisation en décembre. Ces chiffres, sont insuffisants au regard des besoins du groupe. FO plaide pour une enveloppe supérieure à 3 milliards, le but étant de pouvoir pérenniser le groupe. Il est détenu à 87% par l’État. Celui-ci doit donc prendre toutes ses responsabilités et garantir une recapitalisation à la hauteur nécessaire. Areva c’est notre outil de travail, mais c’est aussi le fleuron de la filière nucléaire en France et la filière nucléaire est indispensable à l’indépendance énergétique du pays. C’est pourquoi nous nous battons pour qu’elle reste dans le giron de l’État. Le gouvernement est face à un choix stratégique d’une importance capitale pour toute la population.


FO hebdo : EDF à qui l’État a cédé la filière réacteurs (Areva NP [2]) doit faire connaître son offre définitive fin novembre. Qu’avez-vous à dire à la direction d’EDF ?

Cédric Noyer : Nous avons déjà rencontré le patron d’EDF, avec les syndicats FO de la métallurgie également concernés. Nous lui avons clairement demandé d’arrêter de supprimer des emplois et de donner des perspectives d’avenir aux salariés de NP mais aussi à ceux du « New Areva » par le biais de contrats avec EDF. Pour nous, parler de compétitivité au sens de réduction des coûts dans le nucléaire est particulièrement dangereux.


FO hebdo : Qu’en est-il des 4 000 suppressions de postes d’ici fin 2017 déjà annoncées par la direction du groupe Areva ?

Cédric Noyer : FO a obtenu que ce soit un plan de départs volontaires autonome, c’est-à-dire qu’il n’est pas adossé à un PSE (Plan de sauvegarde de l’emploi, ndlr). Nous nous sommes battus pour cela, c’était très important pour nous, car cela fait barrage à une éventuelle deuxième phase avec des licenciements secs, toujours possible dans le cadre d’un PSE. Tous les salariés qui partiront en retraite à taux plein avant le 1er janvier 2020 pourront le faire dans le cadre de ce dispositif. Nous avons aussi obtenu la garantie que les mobilités au sein du groupe se feront sans perte de rémunération et que les mobilités au sein des établissements à la suite d’une réorganisation, d’un changement d’horaires se feront avec le maintien de la rémunération pendant trois ans. Nous avons terminé la négociation de ce plan le 30 septembre, il est soumis à signature pour le 16 octobre. Nous sommes en train de consulter nos structures syndicales dans les six entreprises du groupe. Cet accord s’il est validé servira ensuite de socle pour les négociations dans ces six entités. Nous avons évité les licenciements secs, mais notre gros souci maintenant c’est l’avenir, pour ceux qui restent. 



FO Hebdo : Pourquoi cette inquiétude pour l’avenir de ceux qui restent ?

Cédric Noyer : La question que tout le monde se pose est : comment faire notre travail en sureté, en sécurité et en temps et en heure avec 4 000 emplois en moins ? Nous avons de plus en plus de boulot, les salaires sont gelés, les abondements sont supprimés... les salariés sont de plus en plus démotivés. Et la démotivation c’est particulièrement dangereux dans le nucléaire. C’est pourquoi il est si important de garder le cap d’une recapitalisation à la hauteur et d’une vraie politique industrielle, avec une vraie stratégie. Si on nous demande toujours plus de marge et de productivité avec toujours moins de moyens, la situation devient dangereusement accidentogène.

Propos recueillis par Evelyne Salamero

Evelyne Salamero Journaliste à L’inFO militante - Rubrique internationale

Notes

[1Areva NC est la filiale spécialisée dans le traitement de l’uranium, comme combustible nucléaire : exploitation de mines, production, enrichissement du combustible, recyclage, assainissement et démantèlement des installations vétustes.

[2Areva NP est la filiale spécialisée dans l’ingénierie des réacteurs nucléaires

Sur le même sujet

Mise en oeuvre par EDF et Areva des décisions du Président de la République : Réactions de FO Énergie et Mines

Communiqué de FO Énergie et Mines par Énergie et Mines

EDF et Areva ont communiqué ce jour, sur la mise en oeuvre des décisions du Président de la République prises le 3 juin dernier sur « la refondation de la filière nucléaire ». Pour FO, celle-ci mérite mieux qu’une logique principalement financière.
Sans surprise, ce texte, négocié sous la pression (...)

FO refuse l’atomisation de la filière nucléaire civile

Centrales par Evelyne Salamero

« Qui veut tuer son chien l’accuse de la rage »… Le fameux proverbe s’appliquerait-il aussi au nucléaire ? Plusieurs indices le laissent soupçonner.
L’anomalie de fabrication de la cuve du réacteur de la centrale nucléaire en cours de construction à Flamanville (Manche) défraye la chronique. La cuve a (...)

Faut-il démembrer le soldat Areva ?

Revue de presse par Michel Pourcelot

Quel avenir pour Areva, avec un plan de redressement sur les rails, une énorme dette et des pertes colossales, de près de cinq milliards d’euros, ostensiblement affichées fin février ? L’intérêt marqué d’entreprises chinoises, mais aussi d’Engie, soit GDF Suez fraichement rebaptisé, a été récemment mis en (...)