Compte personnel d’activité : les négociations démarrent fin novembre

Interpro par Clarisse Josselin, journaliste L’inFO militante

Stéphane Lardy, négociateur pour FO, à la table ronde sur la sécurisation des parcours professionnels et la création du CPA lors de la conférence sociale du 19 octobre 2015. © F. BLANC

Le ministère du Travail a transmis le 7 novembre aux interlocuteurs sociaux le document d’orientation cadrant la négociation interprofessionnelle sur « les principes » et « le contenu » du compte personnel d’activité (CPA). Il table sur un accord fin 2015.

La première réunion de négociation devrait se tenir autour du 30 novembre. Les discussions porteront sur « les principes » de fonctionnement du CPA, son « contenu pour la première étape de réalisation au 1er janvier 2017 », et « l’agenda des discussions en 2016 pour mieux sécuriser les parcours professionnels ».

Créé par la loi de 2015 sur le dialogue social, le CPA regroupera les différents droits acquis par un travailleur au cours de sa carrière, quel que soit son statut. Dès son lancement, le gouvernement veut y intégrer le compte personnel de formation (CPF) et le compte pénibilité, et éventuellement d’autres droits comme le compte épargne-temps.

« Le CPA sera intéressant s’il permet aux gens en transition professionnelle de garder des droits, mais le débat ne devra pas opposer droits personnels et droits collectifs », prévient Stéphane Lardy, secrétaire confédéral chargé de l’emploi.

Un projet de loi début 2016

Sur l’utilisation des droits acquis, FO est favorable à une fongibilité, mais relative : le compte épargne-temps pourrait être converti en formation, mais pas l’inverse. Elle va aussi plaider pour la mutualisation des financements, comme cela se fait déjà pour le CPF.

Des concertations parallèles seront lancées par les représentants des fonctionnaires et des indépendants, notamment sur la portabilité des droits en cas de changement de statut. Le financement des heures de formation accordées aux jeunes sans qualification sera discuté entre État, régions, syndicats et patronat.

L’agenda est serré, le gouvernement compte présenter le projet de loi au Parlement début 2016. 


Focus : Un agenda social consensuel
Le 10 novembre, syndicats et patronat ont fixé l’agenda social des mois à venir. Outre le CPA, ils vont renégocier à partir de janvier la convention d’Assurance chômage applicable au 1er juillet 2016.
Mais dès fin 2015 ils négocieront un avenant sur le différé d’indemnisation, annulé par le Conseil d’État. Début 2016 ils négocieront aussi sur l’évolution de l’encadrement, tandis qu’une discussion sera ouverte sur les enjeux du numérique et qu’une délibération portera sur la restructuration des branches.

Sur le même sujet

CPA : un consensus sur la méthode de discussion mais pas sur le fond

Emploi par Clarisse Josselin, journaliste L’inFO militante

Pour la seconde séance de concertation sur le futur Compte personnel d’activité (CPA) qui s’est tenue le 12 décembre au siège du Medef, syndicats et patronat sont entrés dans le vif du sujet. Si la méthode de travail, basée sur une synthèse des propositions de chaque organisation, a été unanimement saluée, des désaccords demeurent sur la définition et le contenu du dispositif.

Le CPA, mode d’emploi

Toute l’actualité par Clarisse Josselin, journaliste L’inFO militante

Le compte personnel d’activité, dont le site Internet a été lancé officiellement le 12 janvier, permet aux actifs d’assurer la continuité de leurs droits sociaux, même en cas de mobilité professionnelle ou géographique. Comment l’activer, qui est concerné, quels sont ces droits ? FO Hebdo fait le point.

Le projet de loi avenir professionnel qui arrive à l’Assemblée n’a rien de protecteur selon FO

Emploi et salaires par Clarisse Josselin, journaliste L’inFO militante

Les députés examinent à partir du 11 juin 2018 le projet de loi « avenir professionnel ». Ce texte de 66 articles réforme en profondeur la formation professionnelle, l’Assurance chômage et l’apprentissage. Et pour FO, il n’a rien du caractère protecteur mis en avant par le gouvernement, bien au contraire.