Consolidation d’un accord historique entre UNI et Partouche pour la promotion des droits des travailleurs dans un mouvement progressiste pour les droits des employés

Fédération FEC-FO par Employés et Cadres

Communiqué de la FEC-FO - Section Fédérale Casinos & Clubs de Jeux FO

La Section Fédérale des Casinos & Clubs de Jeux de la Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière (FEC FO) est enthousiaste à l’idée d’annoncer la consolidation d’un accord international avec le Groupe Partouche et UNI Global Union. Cette nouvelle version de l’accord, qui renforce et étend l’engagement initial de Partouche envers les droits humains et les standards de travail élevés, constitue une avancée majeure pour l’amélioration des normes du travail et la défense des droits syndicaux. Élaboré comme une évolution du précédent accord, cette seconde itération introduit des mesures innovantes pour la santé et la sécurité au travail, un accès élargi aux représentants syndicaux, et une consolidation de la liberté syndicale ainsi que de la négociation collective, le tout dans un environnement exempt de pression ou de représailles. !

Conforme aux directives de l’ONU et de l’OIT, il trace la route vers des conditions de travail plus dignes et sécurisées pour tous les employés. La ratification de cette version améliorée à Paris, sous les auspices de la Section Fédérale des Casinos & Clubs de Jeux FO, symbolise le fruit d’un dialogue approfondi et d’une résolution commune à accroître le bien-être des travailleurs.

La Section Fédérale des Casinos & Clubs de Jeux FO célèbre ce partenariat renouvelé avec le Groupe Partouche et UNI, percevant dans cet accord renforcé un exemple inspirant pour le dialogue social et la protection des droits des travailleurs, dans le secteur des jeux et bien au-delà. Ce nouvel accord témoigne de l’importance cruciale du dialogue social dans la promotion d’un milieu de travail juste et sécuritaire. La Section Fédérale des Casinos & Clubs de Jeux FO réitère son engagement à soutenir sa démarche et à persévérer dans l’amélioration continue des conditions de travail par le biais de tels engagements internationaux.

Employés et Cadres Secrétaire Général

Sur le même sujet

À l’OIT, la défense de la liberté syndicale et de négociation collective plus que jamais à l’ordre du jour

Alerte par Evelyne Salamero

Alors que la répression contre les syndicalistes dans le monde s’intensifie, plus de 4 000 représentants des travailleurs, employeurs et gouvernements ont débattu du 28 mai au 8 juin, dans le cadre de la Conférence internationale du Travail, de la meilleure façon d’améliorer le dialogue social. Avec pour fil à plomb, pour les travailleurs, la défense des droits collectifs.