Alerte :
Du 30 mai au 3 juin 2022 : XXVe Congrès confédéral à Rouen

COP 21 : Pour Mme Royal : faites ce que je dis, pas ce que je fais !

Emploi et Salaires par FEETS FO

Article publié dans le Dossier Climat
F. Blanc / FO Hebdo - CC BY-NC 2.0

Aujourd’hui les chefs d’État et de gouvernement du monde sont à Paris pour la COP21 afin d’évoquer le réchauffement climatique.

On pourrait penser que le gouvernement français qui accueille cette conférence soit exemplaire dans les questions d’environnement. Pourtant, loin des opérations de « greenwashing » de la Ministre de l’écologie, le service public de l’environnement est plus que jamais menacé de disparition.

En effet, le ministère de l’écologie fait partie des ministères les plus touchés par les baisses de budget et d’emplois et il subit lourdement restructurations et démantèlements successifs pour toujours moins de service public. Concrètement :

 Les moyens de la politique de l’eau sont ponctionnés chaque année pour le budget général afin de rembourser la dette de l’État ;

 La création de l’Agence Française pour la Biodiversité par fusion/mutualisation d’établissements publics existants va conduire à réduire les moyens déjà insuffisants sur les milieux aquatiques et les milieux marins ;

 La police de l’environnement, en particulier la police de l’eau, est remise en cause ;

 Dans les faits, les effectifs du CEREMA (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement) sont taris malgré les engagements du gouvernement ;

 Les Directions Départementales des Territoires (et de la Mer) qui sont les échelons de proximité sont exsangues et se retrouvent sous l’arbitraire des Préfets ;

 Les Directions Régionales de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement subissent des fusions expéditives pour correspondre à la nouvelle carte territoriale et ne peuvent plus répondre aux enjeux de mise en œuvre des politiques de développement durable ;

 Au niveau des transports, la voie d’eau, moyen le plus neutre en impact environnemental, ne bénéficie pas des moyens suffisants pour sa promotion en alternance des autres modes ;

Météo France s’apprête à diviser par quatre la densité du Réseau Climatique d’État qui a permis de connaître finement les évolutions du climat au XXe siècle...

Dans le même temps, les partenariats publics-privé et les privatisations se développent pour servir les seuls intérêts de la finance.

Pour la FEETS-FO, la COP 21 ne doit pas se résumer à l’organisation d’une conférence par la Ministre de l’Ecologie et à une opération de communication qui viserait à masquer le démantèlement en cours de son Ministère et l’abandon d’une politique environnementale à hauteur des enjeux.

Par ailleurs, la FEETS FO réaffirme son soutien au droit à contester et à manifester et s’inquiète des mesures arbitraires prises ces derniers jours au titre de l’ordre public.

FEETS FO ÉQUIPEMENT, ENVIRONNEMENT, TRANSPORTS ET SERVICES

Plus dans le Dossier Climat
Tous les articles du dossier

COP 21 : un Climat social tendu

Communiqué de Force Ouvrière par Pascal Pavageau

A moins de trois mois de la Conférence, le Président de la République présente officiellement aujourd’hui les événements à venir de la COP21.
Du traditionnel tapis rouge de l’Elysée devenu vert pour l’occasion en passant par la création d’un timbre-poste spécial « COP 21 », tout est fait par le Chef de (...)

Financement des Associations Agréées de Surveillance de la Qualité de l’Air en danger

Communiqué de la Fédération FO de l’Equipement, de l’Environnement, des Transports et des Services par FEETS FO

Cette semaine la presse nationale et différents élus ont réagi à la découverte de la baisse de 15% de la subvention du ministère de l’écologie à Airparif. Plus globalement ce sont l’ensemble des Associations Agréées de Surveillance de la Qualité de l’Air (AASQA) qui sont aujourd’hui menacées. La (...)

COPie blanche sociale pour la COP

Économie par Pascal Pavageau, Secteur Économique

Pour la première fois depuis longtemps, la COP de Paris offrait la possibilité d’inscrire enfin noir sur blanc tant des engagements fermes et contraignants en termes de travail décent que des mesures d’accompagnements et de compensations pour les travailleurs face au changement climatique.