Climat - FO Hebdo

COP21 : le mouvement syndical international retrouve son optimisme

, Evelyne Salamero

Recommander cette page

L’enjeu de la COP21 est de parvenir à un accord des 196 pays participants sur une réduction urgente des émissions de gaz à effet de serre. © Gilles ROLLE / REA

La conférence des Nations unies se tiendra comme prévu à Paris. La Confédération syndicale internationale (CSI) se félicite de l’adoption par l’OIT de critères pour une transition industrielle « juste ».

Malgré les événements tragiques du 13 novembre, la capitale française accueillera le sommet mondial consacré à la lutte contre le réchauffement climatique du 30 novembre au 11 décembre dans des conditions de sécurité renforcées.

Par-delà les contraintes d’organisation que cela entraîne, la question clé pour le mouvement syndical international reste de savoir jusqu’à quel point les négociations entre les chefs d’État tiendront compte de ses demandes.

Unanimité historique à l’OIT

Après sa déception à l’issue des derniers pourparlers préalables au sommet de Paris fin octobre à Bonn, la CSI (Confédération syndicale internationale) s’est félicitée de l’adoption officielle par l’OIT (Organisation internationale du travail), agence des Nations unies, de critères à respecter pour garantir une diminution suffisante des émissions de carbone, la création de nouveaux emplois et le soutien aux travailleurs et aux populations confrontés à la transformation des industries.

Pour la CSI, « cet accord unanime et historique entre gouvernements, syndicats et employeurs [au sein de l’OIT, NDLR]... donne une raison d’être optimiste. Les gouvernements qui ont fait preuve d’ambition à l’OIT doivent aller dans ce sens lors du sommet de Paris ». 

Voir en ligne : BIT : Résultat de la Réunion tripartite d ’ experts sur le développement durable, le travail décent et les emplois verts (Genève , 5 - 9 octobre 2015)