Démontrer aux salariés qu’on est plus fort quand on se mobilise

Portrait par Clarisse Josselin

Entré comme vernisseur chez le fabricant de bateaux Bénéteau en 1999, Sébastien Coulon-Febvre, 41 ans, assume désormais ses mandats à plein temps (DS, DP, CHSCT, CE). Après une grève très suivie, lui et ses collègues viennent de remporter une belle victoire sur les salaires.

« Malgré un savoir-faire artisanal et une image familiale, nous sommes devenus une entreprise comme une autre », regrette Sébastien. La société SPBI, qui regroupe les marques Bénéteau et Janneau, emploie 3 000 salariés.

Lors des NAO, entamées mi-mai, la direction a proposé une augmentation de 0,3 %, alors que les dividendes sont en hausse de 14 %. FO, troisième syndicat avec une représentativité de 22 %, a appelé en intersyndicale les salariés à la grève les 9 et 10 juin.

« La dernière remontait à 2007, ce n’est pas dans les mœurs », reconnaît-il. Pourtant, sur l’ensemble des sites de Vendée la mobilisation a atteint 90 %. Sous la pression, la direction a lâché sans conditions une augmentation générale de 1,5 %.

Lutter contre la production à flux tendu

« On a pu démontrer aux salariés qu’on est plus fort quand on se mobilise, se réjouit Sébastien. Mais c’est aussi la preuve que tout le monde est à bout. La nouvelle organisation du travail en lean manufacturing m’inquiète, il y a de plus en plus d’arrêts de travail. »

Le directeur de la production vient du sous-traitant automobile Faurecia. « Il n’a pas bien compris que chez nous, ce n’est pas possible d’aller au-delà de 25 % d’automatisation, poursuit-il. Pour faire le travail, il faut qu’un homme aille sous la coque du bateau. Il faut aussi de la considération, dire bonjour et merci. » -

Clarisse Josselin Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

FO s’oppose à la maltraitance du dialogue social

Emploi et Salaires par  Mathieu Lapprand, Clarisse Josselin

Le projet de loi Rebsamen relatif au dialogue social sera présenté le 15 ou le 22 avril en Conseil des ministres. Une délégation FO a été reçue le 26 mars par le ministre du Travail.
Le ministre du Travail, François Rebsamen, persiste à vouloir réformer au forceps le dialogue social, malgré l’échec des (...)

Premier Salon des Comités d’entreprise Force Ouvrière

Economie par Clarisse Josselin

Le premier Salon des comités d’entreprise FO, qui succède à l’ancienne Journée des CE, s’est tenu le 7 novembre à Paris. Près de 300 élus ont participé à cet événement marqué par la réforme du droit du travail et la fusion à venir des instances représentatives du personnel.

La « réformite » ou la maladie de la réforme

Éditoriaux de FO par Jean-Claude Mailly

Une réunion s’est donc tenue à Matignon sur le dialogue social, à la suite de l’échec de la négociation entre syndicats et patronat. Même s’il n’y est pas obligé, le gouvernement est en droit de se saisir du dossier.
Les deux points délicats concernent les IRP et la représentation des salariés des TPE. (...)

Ordonnances : Ni partisans ni complaisants mais déterminés pour les droits des salariés

Tract

En 2016, FO n’a eu de cesse de dénoncer l’absence de concertation sur la loi Travail (loi « El Khomri »). FO avait d’ailleurs déposé un recours au conseil d’État, considérant que le gouvernement n’avait pas respecté l’article L1 du Code du travail qui lui imposait de soumettre à la concertation des interlocuteurs sociaux toute réforme sociale envisagée.