Élections MSA : FO demande la sincérité du scrutin et dénonce un déni de démocratie

Communiqué de la FGTA par FGTA-FO

©Jean Claude MOSCHETTI/REA

La FGTA-FO a écrit ce jour un courrier au Président de la CCMSA pour lui faire part de son opposition aux procédures et calendrier retenus par la CCMSA afin d’élire les membres de son conseil d’administration.

Malgré des propositions alternatives concrètes émanant des organisations syndicales comme la tenue d’AG départementales, la CCMSA a fait le choix du vote par correspondance, procédure la moins démocratique car propice aux manipulations. « Le vote par correspondance a été supprimé en 1975 car il prêtait à manipulation » déclarait encore récemment M. Castaner, ministre de l’Intérieur, au sujet des élections municipales… La FGTA-FO rappelle que le vote par correspondance n’est ni prévu par le Code rural, ni inscrit dans les statuts de la MSA.

Par ailleurs, le calendrier qui a été arrêté, du 21 août au 4 septembre, ne permet pas de garantir une participation à la hauteur des enjeux de la représentation des salariés agricoles. De plus, le délai de 6 jours entre la fin de la période de vote et le dépouillement laisse place à toutes manipulations et interroge à nouveau sérieusement sur la sincérité du scrutin.

La FGTA-FO dénonce à nouveau un très mauvais signal adressé à nos gouvernants en matière d’intérêt porté aux élections MSA, dans le contexte du rapport de la Cour des Comptes qui prône l’intégration à terme de la MSA au Régime Général.

Il est encore temps de mettre un terme à ce déni de démocratie et d’écouter enfin les organisations syndicales et de respecter les élus cantonaux et les candidats aux conseils d’administration, et donc les salariés qu’ils représentent.

FGTA-FO AGRICULTURE, ALIMENTATION ET TABACS ET ACTIVITÉS ANNEXES

Sur le même sujet

Quand la Cour des comptes distribue ses bons ou mauvais points

Rapport 2018 par  Valérie Forgeront

Elles sont classées du vert au rouge. Elles, ce sont les recommandations faites les années précédentes par la Cour des comptes. Des recommandations plus ou moins suivies par les pouvoirs publics. Au fil d’un pavé de plus de cinq cents pages, les magistrats de la rue Cambon reviennent sur le degré d’application de leurs préconisations.