En cas de colocation, qu’advient-il du bail en cas de départ d’un colocataire ?

Consommation

Le colocataire qui décide de partir doit en avertir le bailleur par lettre recommandée avec avis de réception. Il peut donner congé à n’importe quel moment, mais il doit respecter un délai de préavis de 1 à 3 mois en fonction de la zone géographique du logement (zone tendue ou non) et des raisons personnelles du départ (perte d’emploi, état de santé, mutation, obtention d’un HLM). Jusqu’à son départ, il reste redevable de sa quote-part de loyer. Il doit également conserver le logement en bon état et procéder aux menus travaux éventuellement nécessaires qui lui incombent. Passé le préavis, il est dégagé de ses obligations et seuls les colocataires restants sont tenus au paiement du loyer et des charges. Exception à la règle pour le contrat de colocation unique (un même contrat signé par plusieurs colocataires) : si le bail contient une clause de solidarité, le colocataire sortant restera redevable du paiement des loyers jusqu’à 6 mois après le départ du colocataire sortant.

Sur le même sujet

Défendre ses droits de locataire en HLM avec FO

Consommation par Valérie Forgeront

Du 15 novembre au 15 décembre se tiendront les élections des représentants des locataires HLM. Ils siégeront, pour un mandat de quatre ans, dans les conseils d’administration des organismes HLM (environ 800) relevant de bailleurs publics ou privés et comptant notamment des représentants de l’État et des collectivités.

Précarité énergétique : un décret « décence » totalement indécent

Communiqué de l’AFOC par AFOC

Une des principales avancées de la loi de transition énergétique, adoptée l’an dernier, est menacée de détricotage. Son article 12 prévoyait en effet d’instaurer un minimum de performance énergétique pour tout logement en location : enfin les bailleurs ne pourraient plus louer des passoires thermiques et (...)