Communiqué de FO

Exit tax : par ici la sortie !

, Nathalie Homand

Recommander cette page

Après la suppression de l’ISF, la fin de la taxation de 3% sur les dividendes, le plafonnement de la taxation sur le capital, ou la suppression de la taxe sur les salaires élevés, c’est au tour de la suppression de l’« Exit tax » !

Cette mesure, annoncée par le Président de la République, serait mortifère pour les finances et les politiques publiques et sociales. Elle irait totalement à rebours de ce qu’il convient de faire en matière de lutte contre l’évasion fiscale (qui atteint déjà 80 milliards d’euros par an).

Force Ouvrière dénonce cette suppression qui n’a pour finalité que de favoriser, à nouveau, les 10% « premiers de cordées », avec 800 millions de redistribution en moins pour les 90% « derniers de corvée ». Ce n’est plus la théorie du ruissellement, c’est de l’évaporation !

A propos de cet article

Sur l’auteur

Nathalie Homand

Secrétaire confédérale au Secteur de l’Economie et du Service Public


  • Economie, Fiscalité
  • Politiques et filières industrielles et de services
  • Fonction publique, Service Public et politiques publiques (dont AFPA)
  • AFOC et Logement

Envoyer un message à Nathalie Homand

Sur le même sujet

Dossiers sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

24 mars 1919

Conseil national de la Confédération Générale du Travail
La réunion du Conseil national de la CGT est un fait important dans l’histoire du mouvement syndical, au lendemain de la Première Guerre mondiale. Il est particulièrement instructif aujourd’hui d’évoquer la résolution que la CGT, sur la proposition de Léon Jouhaux, adopta en forme de revendication : la (...)

La réunion du Conseil national de la CGT est un fait important dans l’histoire du mouvement syndical, au lendemain de la Première Guerre mondiale. Il est particulièrement instructif aujourd’hui d’évoquer la résolution que la CGT, sur la proposition de Léon Jouhaux, adopta en forme de revendication : la participation des ouvriers à la gestion et au contrôle de la production nationale, la limitation de la journée à 8 heures, la semaine de 44 heures, la fixation d’un salaire minimum en rapport avec le coût de la vie, l’institution de l’assurance sociale. On sait que la plupart de ces revendications ont été obtenues depuis par des luttes difficiles, certes, que les travailleurs syndiqués ont su mener avec persévérance et énergie.