Femmes harcelées ou agressées au travail : un tiers l’ont été

Le chiffre de la semaine par Michel Pourcelot

Un tiers des femmes travaillant ou ayant travaillé, 32% exactement, disent avoir subi un harcèlement ou une agression à caractère sexuel au travail, selon un sondage Ifop publié le 27 février 2017 réalisé en ligne du 26 au 29 janvier 2018 auprès de 2008 femmes en France métropolitaine. Parmi elles, 34% ont subi au moins une fois des sifflements ou de gestes grossiers, dont 19% à plusieurs reprises, 16 % ont du subir des propos obscènes ou des écrits à connotation sexuelle, 14% ont eu des remarques sur silhouette et/ou tenue tandis que 8% se sont vues proposer une « promotion canapé », soit avoir fait l’objet de pression visant à obtenir un acte de nature sexuelle (par exemple un rapport sexuel en échange d’une embauche ou d’une promotion).

Les limites d’un genre

Selon ce sondage, sont plus exposées les femmes célibataires et celles travaillant en milieu urbain. Les cadres et professions intellectuelles supérieures sont elles aussi deux fois plus nombreuses (40%) que les ouvrières (23%) à avoir déjà été harcelées ou agressées sexuellement sur leur lieu de travail. Le plus grand nombre de victimes se trouvent chez les cadres supérieures, suivies des « professions intermédiaires », tandis que les employées et les ouvrières viennent en dernier. D’où l’analyse du directeur de l’expertise « Genre, sexualités et santé sexuelle » à l’Ifop : ces résultats ne font que confirmer les enseignements d’une enquête de 2009 qui montraient que le harcèlement n’était pas seulement l’expression d’un désir sexuel mais aussi d’un désir de contrôle et de domination : le harcèlement servant d’égaliseur dans les relations avec les femmes en position de pouvoir. Cependant le sondage a été effectué en ligne (questionnaire auto-administré), une méthode qui a souvent montré quelques limites. Peu coûteuse, celle-ci a été longtemps critiquée, mais l’argument économique l’a emporté. Des tests ont montré par exemple qu’un sondage réalisé par téléphone ne donnera pas le même résultat que sur le net et que l’âge, l’aisance informatique et la position sociale jouent également un rôle.

 Voir en ligne  : Pour en savoir plus : viehealthy.com

Michel Pourcelot Journaliste

Sur le même sujet

Violences faites aux femmes : l’ouvrière a besoin de force !

Communiqué de FO par Béatrice Clicq

Comme chaque 25 novembre, FO s’associe à la journée pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, également soutenue par la CSI et la CES.
Malgré les années, les annonces, les actions, les femmes demeurent particulièrement victimes de violences sexistes et sexuelles, y compris sur le lieu de (...)

Harcèlement sexuel au travail, la majorité des employeurs ignore la loi

Omerta par Nadia Djabali

Malgré la récente libération de la parole, le harcèlement sexuel au travail est toujours l’objet d’une omerta. De nombreuses victimes sont sanctionnées lorsqu’elles osent se confier à leur employeur. Le Défenseur des droits lance une campagne de sensibilisation pour faire abaisser le seuil de tolérance sociale de ce phénomène.