Fessenheim : Le décret de fermeture annulé par le Conseil d’État !

Énergie par Énergie et Mines

© Frédéric MAIGROT/REA

Communiqué de FO Énergie et Mines

Comme son rapporteur public l’avait proposé, le Conseil d’État a annulé ce jour le décret de Mme Royal pris quelques jours avant les élections présidentielles.

Ce décret purement politique a été jugé illégal au motif qu’il n’a pas été pris sur demande de l’exploitant de la centrale, EDF, contrairement à ce que prescrit la loi de transition énergétique.

FO Énergie et Mines qui a, avec d’autres acteurs, intenté ce recours se félicite que le coup de force de Mme Royal ait été sanctionné, en lui rappelant au passage, le texte de la loi qu’elle avait elle-même fait voter.

Même si cet arrêt intervient quelques jours après que l’Autorité de Sûreté Nucléaire ait indiqué dans un courrier du 19 octobre, que les réacteurs de Fessenheim ne pourront fonctionner au-delà de septembre 2020 pour le premier réacteur et d’août 2022, pour le second compte tenu de l’absence d’engagement d’EDF des études et travaux permettant la poursuite de ces deux réacteurs au-delà de leur quatrième réexamen périodique.

FO Énergie et Mines est fière d’avoir mené jusqu’au bout ce combat en soutien des personnels de la centrale et au-delà d’une filière nucléaire employant 220 000 salariés.

Énergie et Mines Secrétaire général

Sur le même sujet

Non à la découpe d’EDF

Service Public par Énergie et Mines

La presse spécule régulièrement et, en dernier lieu, le Canard Enchaîné d’aujourd’hui, sur la volonté du président de la République de couper EDF en trois morceaux, en isolant le nucléaire du reste de l’entreprise.

Mise en oeuvre par EDF et Areva des décisions du Président de la République : Réactions de FO Énergie et Mines

Communiqué de FO Énergie et Mines par Énergie et Mines

EDF et Areva ont communiqué ce jour, sur la mise en oeuvre des décisions du Président de la République prises le 3 juin dernier sur « la refondation de la filière nucléaire ». Pour FO, celle-ci mérite mieux qu’une logique principalement financière.
Sans surprise, ce texte, négocié sous la pression (...)