[Festival] Perpignan : centre du disque et des bulles

Culture par Michel Pourcelot

Le Festival International du Disque et de la BD fête sa 30e édition dans la cité catalane les 29 et 30 septembre 2018. L’occasion de constater que disque et BD font bon ménage, notamment quand il s’agit de contester.

Ces 29 et 30 septembre, il n’y aura pas photo à Perpignan, hormis notamment sur des pochettes de disque, parmi les plus grands noms de la photographie ayant œuvré pour les orner. Certaines sont mythiques et désormais inscrite dans la culture rock et la culture tout court. La Terre étant un disque, il était logique que Perpignan en soit le centre, du moins pour ce dernier week-end de septembre où la cité catalane tient son 30e Festival international du disque. Un évènement, assortis d’expos, de dédicaces et de concerts, qui attire tous les fanatiques du microsillon venus des quatre coins du disque terrestre. Avec pour temple l’église des Dominicains qui l’accueille chaque année depuis trente ans.

Cette machine tue les fascistes

Au total, quelque 80 exposants de vinyles et une dizaine de stands de BD, la musique et la BD étant deux compères de contre-culture. L’occasion de voir présenter Cette machine tue les fascistes, un livre-CD sur Woody Guthrie (1912-1967), dont le titre n’est autre que la phrase que ce grand chanteur contestataire américain avait inscrit sur sa guitare (This machine kills fascists). Guthrie, qui a participé aux grandes luttes sociales aux États-Unis depuis les années 30, a énormément composé, dont des chants syndicalistes, tels que We Shall overcome, et, en 1950, une chanson, intitulée Old Man Trump, dénonçant les opérations immobilières d’un certain Fred Trump, père de l’actuel chef de l’exécutif américain. Guthrie a influencé les auteurs de protest-songs des sixties, Bob Dylan, et, parmi bien d’autres, Bruce Springsteen. Cette machine tue les fascistes est une réédition du livre paru dans la collection Rock’n’Folk d’Albin Michel en 1978. La nouvelle édition comporte 74 textes, dont 4 inédits, des dessins et des photos, ainsi qu’un CD de 12 titres. Le dessin de la pochette est signée de Pascal Comelade, pionner d’une musique expérimentale et engagée au début des années soixante-dix, portant le flambeau un peu plus loin.

 

Festival International du Disque et de la BD (FID et BD), église des Dominicains, 6 rue François Rabelais 66000 Perpignan. Téléphone : 04 68 62 38 57 et 06 81 41 61 46. Entrée : 3 €.
 Cette machine tue les fascistes, Woody Guthrie. Livre avec 1 CD audio, Paru le 12 septembre 2018 chez « Les Fondeurs De Briques ». Prix : environ 22 euros.

Michel Pourcelot Journaliste

Sur le même sujet

Paris New Moon Paris : Quand Pigalle était rock

Livre par Michel Pourcelot

Un livre de photos fait revivre un pan de la scène musicale indépendante installée au tournant des années 80 et 90 au New Moon, une boite de la Place Pigalle. On y vit La Mano Negra et les Wampas mais aussi beaucoup de héros anonymes. Ceux qui font l’histoire.

Arno, l’incognito humain

Rock par Michel Pourcelot

Nouvel album pour le chanteur belge qui de sa voix oxydée chante Les filles du bord de mer et celle qui « adore le noir » (pour sortir le soir). Human Incognito, sorti ce 15 janvier, est assorti d’une tournée franco-bénéluxienne débutant le 29 janvier pour se terminer le 20 mai à Paris, à la veille de (...)