Il veut rendre FO incontournable en Nouvelle-Calédonie

Portrait par Clarisse Josselin, journaliste L’inFO militante

Firmin Trujillo, 53 ans, a été élu en juin dernier secrétaire général de la Confédération des syndicats des travailleurs de Calédonie (CSTC FO). Animateur dans le BTP, il fait du développement de FO sa première priorité.

C’est en 1986, à 23 ans, que Firmin Trujillo a posé ses valises en Nouvelle-Calédonie, à 17 300 kilomètres de son Perpignan natal. Animateur en hygiène, sécurité et environnement chez Socometra Engie, société spécialisée dans les installations techniques, il est entré dans le syndicalisme il y a quinze ans. Je voulais pouvoir faire évoluer les choses à mon niveau, explique-t-il. C’est possible quand on a des mandats, surtout dans un petit pays comme le nôtre avec 260 000 habitants.

Il rejoint FO en 2010, plus proche de sa « vision des choses ». Deux ans plus tard, il devient secrétaire général de la fédération locale FO du Bâtiment, se charge de la formation syndicale et entre à la commission administrative.

Lutter contre l’illettrisme

Désormais à la tête de l’union territoriale, son objectif premier est le développement de FO. Nous sommes sur une courbe ascendante, avec 11 % de représentativité, mais nous devons devenir encore plus incontournables, poursuit-il.

L’amélioration du pouvoir d’achat constitue une autre priorité, alors que le panier de la ménagère est 136 % plus cher que dans l’Hexagone. Il compte aussi œuvrer pour la formation professionnelle, son « cheval de bataille ». Il y a encore beaucoup d’illettrisme et les niveaux de formation sont bas, il faut mettre les moyens, prévient-il. 

Sur le même sujet

Engie : grève massive contre les délocalisations des services « relation clients »

Energie par Evelyne Salamero, journaliste L’inFO militante

Le taux de grévistes dans les services « relation clients » du fournisseur de gaz et d’électricité Engie (ex GDF Suez) a atteint 43,2% ce 26 juin. Un chiffre sans précédent. Quelque 200 manifestants se sont rassemblés devant le siège de l’entreprise à Paris. Objectif de cette journée de mobilisation à l’appel de FO, de la CGC et de la CGT : demander l’arrêt du dumping social par des délocalisations d’activités dans des pays à bas coût du travail et la pérennisation des emplois en France.