Éditoriaux de Jean-Claude Mailly - FO Hebdo

JC Mailly : « Dans l’action le 16 novembre, par des manifestations et des grèves »

, Jean-Claude Mailly

Recommander cette page

Les décrets relatifs aux ordonnances commencent à être connus. Concernant la fusion des IRP – que non seulement nous ne demandions pas mais que nous condamnons –, elle se traduit par une diminution du nombre de délégués, un volume horaire de délégation globalement maintenu et la suppression du CHSCT, ce qui est plus que problématique, le CHSCT étant la structure la plus crainte de nombre d’employeurs.

Dans toutes les entreprises où nous sommes présents, il va falloir négocier sur le droit syndical et militer pour obtenir plus de délégués que ne le prévoit le décret, ainsi que la présence de représentants syndicaux de proximité.

Rappelons également la mise en œuvre de la mutualisation des heures et la possibilité de négocier plus de douze ans ou trois mandats pour la durée de ceux-ci.

Autant nous avons pu obtenir certaines choses (dont le maintien de la branche) et pu en bloquer d’autres, autant de nombreuses dispositions de ces ordonnances – comme nous l’avons toujours dit – sont inacceptables.

Raison pour laquelle, sur mandat de notre Comité confédéral national, nous serons dans l’action le 16 novembre, par des manifestations et des grèves.

Pour ma part, je défilerai avec nos camarades des Bouches-du-Rhône à Marseille.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Jean-Claude Mailly

Secrétaire général de FO


Marche générale de l’Organisation - Expression publique - Relations avec les Fédérations Nationales et les Unions Départementales - CSI/CES


Envoyer un message à Jean-Claude Mailly

Site internet : https://twitter.com/jcmailly

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Éditoriaux

Abonnez-vous à la lettre d’information « Éditoriaux de Jean-Claude Mailly »

Éphéméride

22 novembre 1852

En France, un plébiscite approuve le sénatus-consulte qui rétablit la dignité impériale. L’Empire est officiellement restauré, mais c’est le coup d’État du 2 décembre 1851 qui avait tué la deuxième République.