La survie industrielle de l’aéronautique est en jeu

Emploi et Salaires par Métaux

© ULRICH LEBEUF/The New York Times-REDUX-REA

Communiqué de FO Métaux

La filière aéronautique, en croissance régulière depuis plus de vingt ans, est gravement touchée par les conséquences économiques de la pandémie du Covid-19. Plus de 300 000 emplois, hautement qualifiés, sont concernés et risquent d’être remis en cause.

Leader des exportations françaises, la filière aéronautique est la première contributrice du solde positif du commerce extérieur de la France.

Comme cela a été le cas pour l’automobile, l’État doit apporter un soutien massif à l’aéronautique pour lui permettre de surmonter cette crise conjoncturelle.

Pour FO Métaux, organisation syndicale majoritaire dans de nombreuses sociétés de ce secteur, il faut :

  préserver les emplois et les compétences. Avant la crise sanitaire et depuis de nombreuses années, la filière aéronautique rencontrait des difficultés pour embaucher. Ne pas maintenir les compétences aurait de graves conséquences lors de la reprise d’activité ;

  maintenir et renforcer le dispositif d’activité partielle pendant la période de crise ;

  remettre en place un dispositif d’aménagement de fin de carrière ;

  mettre en place une aide aux compagnies aériennes pour financer l’achat d’avions Airbus du type « prime à la casse » ;

  soutenir l’ensemble des entreprises sous-traitantes ;

  maintenir les embauches, notamment des jeunes en alternance et en apprentissage ;

  maintenir les investissements de recherche et développement, notamment sur « l’avion du futur », l’avion décarboné et sur les motorisations de demain ;

  garantir l’implantation d’une chaîne d’assemblage de l’Airbus A321 X LR à Toulouse ;

  rapatrier en France la production délocalisée en zone « low cost » ;

  soutenir et amplifier les commandes dans le domaine de la Défense pour compenser la diminution des charges dans le domaine civil ;

  plutôt que de licencier, il faut amplifier les actions de formation des salariés pour préparer la reprise d’activité, en particulier sur les nouveaux moyens de production, usine 4.0, digitalisation…

Les plans de licenciements d’ores et déjà prévus dans nombre d’entreprises aéronautiques sont prématurés et ne peuvent être la seule réponse à cette crise conjoncturelle.

Pour FO Métaux, l’indépendance et la souveraineté de la France passent par une industrie aéronautique forte qui doit être préservée. Cela reste vital pour l’économie du pays.

FO Métaux restera extrêmement attentive aux annonces gouvernementales qui doivent permettre la survie industrielle de l’industrie aéronautique française, avec pour priorité le maintien de l’emploi sur le territoire national pour garantir la souveraineté de notre pays.

Métaux Secrétaire général

Sur le même sujet