Le Contrat d’engagement-revenu pour les jeunes

Revue de presse par Christophe Chiclet, L'Info Militante

© Daniel Derajinski/pool/REA

Le gouvernement vient de lancer un plan d’aide aux jeunes. Réelle avancée ou poudre aux yeux ? Aperçu dans la presse.

AFP
Un contrat plutôt qu’un revenu d’engagement qui ne convainc ni à droite ni à gauche : l’exécutif a présenté mardi [2 novembre] un dispositif pour les jeunes recentré sur les plus éloignés de l’emploi, avec l’objectif d’aider au moins 400 000 d’entre eux en 2022. C’est le président Emmanuel Macron qui a levé le voile, dans un message posté sur les réseaux sociaux, sur les détails de cette mesure qu’il avait esquissée le 12 juillet et dont la présentation se faisait attendre depuis la rentrée. En cause, une bataille entre le ministère du Travail, qui militait pour l’extension la plus large possible, et Bercy qui cherchait à en limiter le coût. Et l’agence d’information de préciser : Concrètement, il proposera aux moins de 26 ans sans formation une allocation allant jusqu’à 500 euros par mois en échange de 15 à 20 heures par semaine de formation ou d’accompagnement, pour une durée de 6 à 12 mois.

Le Monde
Le quotidien du soir détaille cette annonce : Emmanuel Macron passe par les réseaux sociaux pour s’adresser aux jeunes. Mardi 2 novembre, peu avant 8 heures, le président de la République a posté un message écrit sur Facebook pour dévoiler les contours d’une mesure destinée à favoriser l’insertion professionnelle des personnes de moins de 26 ans en situation de très grande précarité. Le dispositif en question a finalement été baptisé contrat engagement jeune, une appellation qui remplace celles envisagées depuis la mise en chantier de ce projet au commencement de l’année. La communication de l’exécutif sur cette réforme a été complétée par un déplacement du premier ministre, Jean Castex, et de plusieurs membres du gouvernement dans une mission locale de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), mardi matin [2 novembre].

Ouest France
Les détails de ce projet : Cette allocation sera versée sous condition de revenus, d’assiduité et d’acceptation des offres d’activités faites, a souligné Emmanuel Macron. Des centaines de milliers d’emplois sont disponibles partout en France. État, entreprises, collectivités et associations : par ce dispositif, tous les acteurs vont se mobiliser ensemble pour vous permettre d’y accéder, a-t-il ajouté dans son post. Pour éviter toute confusion avec un RSA jeunes dont il ne veut pas, l’exécutif a choisi le terme de contrat d’engagement plutôt que celui de revenu d’engagement utilisé le 12 juillet.

Le Figaro
C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures confitures... Et en lançant mardi [2 novembre] son nouveau dispositif d’accompagnement intensif des jeunes les plus éloignés de l’emploi, l’exécutif a bien mis en œuvre le célèbre adage. Après de nombreuses semaines de tergiversations, Emmanuel Macron —par un message sur Facebook— et Jean Castex —lors d’une visite dans une mission locale— ont enfin dévoilé le futur contrat d’engagement (CEJ) destiné aux jeunes de moins de 26 ans sans emploi, ni en étude, ni en formation. Un dispositif qui s’inspire très largement de la garantie jeune, mécanisme lancé en 2015 qui vise les mêmes publics et dont l’efficacité, fait rare, a été saluée par la Cour des comptes.

Christophe Chiclet Journaliste à L’inFO militante

L'Info Militante

Sur le même sujet

Lutter contre la pauvreté et les bas salaires

Communiqué de FO par Yves Veyrier, Nathalie Homand, Secrétaire général de Force Ouvrière, Secteur Economie et Fiscalité

L’accélération de l’inflation portée notamment par la hausse des prix de l’énergie et des produits alimentaires met particulièrement en difficulté les salariés à bas salaires, en situation de précarité et accentue les difficultés des ménages les plus modestes qui ont déjà subi, pour bon nombre d’entre eux, des pertes de revenus engendrées par la crise sanitaire.