Le manque de moyens humains et de lits a l’hôpital est une réalité ancrée depuis des années !

Fédération FO-SPSS par Services publics et de Santé

Article publié dans le cadre de la campagne Elections Fonction publique
© Anthony MICALLEF/HAYTHAM-REA

Communique de la Fédération des Personnels des Services Publics et des Services de Santé Force Ouvrière

Suite à l’enquête flash menée par le Conseil Scientifique et de l’aveu même du ministre de la Santé ce jour dans la presse, de nombreux agents ont quitté et quittent actuellement l’hôpital ayant pour conséquence immédiate la fermeture de lits et de places. Cette situation ne peut se limiter qu’à un simple constat, nous parlons là de la Santé des Français et de la réponse que nous devons apporter à la crise majeure que traverse la Fonction Publique Hospitalière actuellement.

Mais le ministre doit le savoir : on ne réécrit pas l’histoire, sauf que les faits sont les suivants :

  • La Fédération FO-SPS dénonce depuis des années les politiques d’austérité ayant pour conséquence des fermetures de lits à l’hôpital ;
  • La Fédération FO-SPS exige depuis des années leur réouverture et au-delà une augmentation des régimes capacitaires en lits pour répondre aux besoins de la population ;
  • La Fédération FO-SPS dénonce depuis des années l’insuffisance des effectifs alloués à la Fonction Publique Hospitalière, tous secteurs confondus et leurs conséquences ;
  • La Fédération FO-SPS revendique depuis des années l’augmentation des capacités des écoles formant les futurs professionnels de santé et l’embauche massive de personnels ;
  • La Fédération FO-SPS revendique depuis des années l’amélioration des conditions de travail…

Le ministre le sait, on ne réécrit pas l’histoire, mais il peut en changer son cours en modifiant le paradigme et la politique de fermeture de lits inscrite dans la Loi « Ma Santé 2022 ». Le constat se suffit à lui-même, 13 031 lits fermés depuis 2017, dont 5 800 en 2020.

Le ministre le sait : l’attractivité des métiers de l’hôpital ne se fait pas avec un taux de contractuels à plus de 20 %.

Le ministre le sait : la suspension de 12 000 agents rend les conditions d’exercice des collègues encore plus difficiles.

Le ministre le sait, il peut écrire l’histoire et corriger les erreurs du passé. C’est pourquoi dans ce sens, la Fédération FO-SPS exige :

  1. l’ouverture immédiate d’une Conférence sur l’attractivité et la formation des métiers du soins, sur le capacitaire en lits, afin de donner des perspectives d’amélioration de leurs conditions de travail aux agents hospitaliers.
  2. la réintégration immédiate de tous les agents suspendus, grâce à la mise en place d’un protocole de tests.

Si rien n’est entrepris, les gouvernements successifs seront tous comptables de la catastrophe sanitaire qui nous guette.

Services publics et de Santé Secrétaire général

Plus dans la campagne Elections Fonction publique
Tous les articles de la campagne

Le double discours sur les fonctionnaires : nous ne l’oublierons pas !

Communiqué de l’UIAFP FO par FO Fonctionnaires

Le 13 avril 2020, le président de la République vantait, une nouvelle fois, les mérites des fonctionnaires et agents publics pendant la crise sanitaire que traverse notre pays. Il disait même « Il nous faudra nous rappeler que notre pays tient tout entier sur des femmes et des hommes que nos économies reconnaissent et rémunèrent si mal. »
« Sachons sortir des sentiers battus et des idéologies, sachons nous réinventer. Moi, le premier ».

Fonction publique : FO demande la fin de l’austérité salariale

Service Public par  Valérie Forgeront

Cinq organisations de la Fonction publique dont FO demandent l’ouverture en juin d’une véritable négociation salariale et non la tenue du traditionnel ersatz, encadré par le PPCR et ses contraintes. Le gouvernement qui n’a pas encore répondu à cette demande prévoit en revanche une réunion dès la semaine prochaine sur le thème de la suppression des CHSCT prévue par la loi de transformation de la Fonction publique rejetée par l’ensemble des syndicats du public. Comme d’autres, FO boycottera cette rencontre relevant d’un agenda social aussi intolérable qu’avant la crise.