Les espoirs déçus du Medef

Revue de presse par Christophe Chiclet, journaliste L’inFO militante

Gilles ROLLE/REA

Dans le contexte actuel, le patron des patrons aurait voulu que les Français travaillent plus. Devant le tollé général, il a dû faire rapidement machine arrière. Aperçu dans la presse.

Sud Ouest

Là où il y a de la gêne, il n’y a pas de plaisir ! Plusieurs responsables économiques ont incité samedi [11 avril] les travailleurs français à mettre « les bouchées doubles » pour permettre un sursaut économique à la sortie du confinement. Pour le patron des patrons, Geoffroy Roux de Bézieux, "il faudra bien se poser tôt ou tard la question du temps de travail, des jours fériés et des congés payés pour accompagner la reprise économique et faciliter, en travaillant un peu plus, la création de croissance supplémentaire ".

L’Humanité

Alors que les hôpitaux, qui comptent les morts, n’entrevoient toujours pas la fin de la pandémie et que les Français n’ont toujours aucune perspective de sortie du confinement, Geoffroy Roux de Bézieux a clairement annoncé, dans les colonnes du Figaro, samedi [11 avril], les contours que prendrait son jour d’après. Et il ressemble aux jours d’avant les 35 heures et le Front populaire. Les réactions ne se feront pas attendre : Alors que le Medef plaide pour augmenter le temps de travail et diminuer les jours fériés et les congés payés, il faut au contraire répondre à la crise du Covid-19 par la justice fiscale.

Le Parisien

La réponse claire de la CGT-FO : On parle d’économies alors que les questions de santé ne sont pas résolues, critique le secrétaire général de Force Ouvrière, Yves Veyrier, soulignant que les salariés n’ont pas choisi d’être en chômage partiel et n’ont qu’une envie, reprendre le travail. Et puis, insiste-t-il, les entreprises ont déjà fait preuve d’intelligence en négociant des accords adaptés, comme celui signé chez PSA le 8 avril : les ouvriers – et les cadres par solidarité – ont renoncé à certains jours de RTT pour maintenir leur salaire à 100 % en chômage partiel. Le même accord sanctuarise deux semaines de congés cet été. Un repos nécessaire, selon Yves Veyrier : Entre l’angoisse de la maladie et le confinement, ne croyez pas que les gens vont sortir de cette période en pleine forme. »

France info

Pour le secrétaire général de Force Ouvrière, deux sujets priment : Comment on sort de cette épidémie, et ensuite comment on revoit complètement l’échelle des valeurs, la redistribution des richesses en particulier. Le secrétaire général de Force Ouvrière, Yves Veyrier, dit trouver choquant et déplacé que le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, propose de reporter des congés payés ou de supprimer des RTT pour relancer l’économie après la fin du confinement en raison de l’épidémie de Coronavirus. Le syndicaliste estime plutôt, lundi 13 avril sur France info, qu’il serait bienvenu que l’ensemble de ces réformes qui ont fait problème […] soient mises de côté, comme la réforme des retraites ou la loi Santé 2022.

Le Figaro

Marche arrière toute ! Il a réussi à énerver tous les syndicats, l’heure est maintenant à l’apaisement. Le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, a refermé ce mardi [14 avril] le débat qu’il avait ouvert dans les colonnes du Figaro en évoquant un allongement du temps de travail après le confinement. Une explication, celle de « […] Yves Veyrier, le secrétaire général de la centrale : J’ai le sentiment que Geoffroy Roux de Bézieux a voulu exercer une pression sur le président de la République avant son allocution télévisée de lundi soir. Raté.

Sur le même sujet

Arrêt maladie : Carence de bon sens et sens de la carence

Communiqué de FO par Serge Legagnoa

Depuis que le Premier ministre a comparé l’augmentation du nombre des arrêts de travail à l’équivalent d’un jour de congés supplémentaire cet été, le Président du Medef se sent pousser des ailes pour proposer comment limiter l’envol du nombre d’indemnités journalières, c’est-à-dire le maintien du revenu pendant l’arrêt de travail.

Communiqué intersyndical du 16 mars 2020

Communiqué intersyndical

Face à la crise sanitaire mondiale obligeant chacune et chacun à respecter les consignes de protection pour contenir la propagation du virus, nos organisations syndicales et de jeunesse ont décidé de suspendre jusqu’à nouvel ordre les actions programmées.