Logement social : se loger dignement est une priorité pour les salariés

HLM par AFOC, Pascal Lagrue, Secteur Logement

© Frederic MAIGROT/REA

Pour débuter, il convient de rappeler que la contribution à l’effort de construction date de l’après-guerre (plus précisément de 1953) et rapidement il a été question d’établir que le lien emploi/logement avait du sens au quotidien.
Ce lien a par conséquent un impact sur la vie après le travail et donc agit directement sur le coût de la vie au regard de l’importance du poste « loyer » dans le budget des ménages.

L’accompagnement lié aux mobilités professionnelles présente un enjeu, tant sous l’angle de la sédentarité que sous celui des mutations ou transformations économiques induisant des changements géographiques de l’activité. Les emplois saisonniers sont fortement touchés sur l’ensemble du territoire et tout au long de l’année, cela concerne donc la quasi-totalité des départements.

Plus on facilite le logement, plus on favorise l’emploi, et au regard de la mission d’utilité sociale que représente le logement des salariés et des familles modestes, FO est clairement attachée à ce volet des droits des salariés.

C’est en effet dans ces périodes complexes et difficiles, caractérisées par une conjoncture peu favorable à l’acte de construire, entre évolution des délais et des coûts d’approvisionnement des matériaux et un accès au crédit de plus en plus difficile, qu’il faut défendre les outils « logement » et être présents au sein des conseils d’administration des offices HLM (représentation des locataires) ou des ESH par le biais du paritarisme (bailleurs du groupe Action Logement).

Oui, le paritarisme au sein du logement est un bien syndical qu’il nous appartient de défendre, de préserver et surtout de faire vivre. Le paritarisme dans le logement social impacte le présent et surtout l’avenir en agissant sur le cadre de vie, le bien-être et le pouvoir d’achat des salariés.

Pour FO, le maintien du paritarisme, la poursuite de la construction de logements à des prix abordables pour les salariés, la mise en place d’un réel parcours résidentiel et l’accélération de la rénovation thermique des logements sont des revendications prioritaires.

Que les ministres se renvoient la responsabilité d’une ponction envisagée de plusieurs millions d’euros sur les fonds d’Action Logement n’est pas notre préoccupation, mais pour FO cet acte apparaît parfaitement inique et infondé car une telle décision altérerait de manière importante la capacité financière pour la construction de logements.

Les salariés expriment des attentes en matière de justice sociale en souhaitant un logement proche de leur lieu de travail et dont le loyer soit le moins coûteux possible pour le budget familial.

Se résigner n’est pas dans « l’ADN militant » des représentantes et représentants FO au sein du logement social et nos revendications se poursuivront sans relâche.

AFOC Association Force Ouvrière Consommateurs - AFOC

Pascal Lagrue Secrétaire confédéral au Secteur du Développement

Secteur Logement

Sur le même sujet

La sous-location dans une HLM

Consommation par AFOC

En ces temps et moments difficiles, certaines personnes retraitées et/ou n’ayant pas assez de revenus, mais locataires d’un logement HLM plus grand (plusieurs pièces), peuvent sous-louer une partie de leur logement dans certaines conditions.
En effet et comme le prévoit l’article L 442-8-1 du Code (...)