Mission de service public : les CAF dépouillées de moyens

InFO militante par  Valérie Forgeront, L’Info Militante

Si un célèbre journaliste économique raillait dernièrement, sur une radio, la fermeture de la caisse d’allocations familiales (CAF) de la Drôme du 9 au 21 juin, reliant cette situation à un absentéisme des personnels, la section FO des organismes sociaux n’a pas eu de mal à lui répondre : c’est la direction de la CAF qui a décidé cette fermeture afin de résorber le retard dans le traitement des dossiers. Ce qui n’a rien d’inédit en France. La situation de chaos existant dans les organismes de toutes les branches [de la Sécurité sociale, NDLR] est le résultat des milliers de suppressions de postes découlant des mesures d’économie mises en œuvre par les différents gouvernements depuis des années, rappelle-t-elle.

L’urgence d’embauches massives

Dans la Drôme, deux grèves ont été programmées en moins d’un mois, les 16 et 27 juin, pour exiger des moyens, notamment l’arrêt immédiat des suppressions de postes et des embauches massives en CDI et la titularisation des CDD. Les chiffres nationaux parlent d’eux-mêmes. Entre 2013 et 2017, plus de 1 700 emplois ont été supprimés. Quelque 2 100 (sur 33 000 postes dans les cent une CAF) étaient programmés sur 2018-2022. En mai, 4,5 millions de dossiers étaient en attente de traitement dont 2 millions de dossiers APL. Les agents jonglent avec des bugs informatiques et font face aux complications de procédures induites par la réforme des allocations logement (APL). C’est donc souvent au prix d’heures supplémentaires, y compris le samedi, qu’ils viennent à bout des dossiers et remplissent leurs missions, au service des plus modestes.

 Valérie Forgeront Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Résolution Comité confédéral national des 3 et 4 novembre 2021 – adoptée à l’unanimité

Communiqué de FO

Réuni à Paris les 3 et 4 novembre 2021, le CCN rappelle l’indépendance de la CGT-FO à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis, des groupements ou rassemblements politiques, des sectes philosophiques et religieuses. Il réaffirme son attachement à la Charte d’Amiens et d’une façon générale, son indéfectible opposition à toute influence extérieure au mouvement syndical. Le syndicalisme ne doit pas lier son destin à celui de l’État, rappelant ainsi le préambule des statuts de la CGT-FO.

Fonction publique : la mobilisation ne faiblit pas

Service Public par  Valérie Forgeront

Forts de la réussite de la grève du 26 janvier et afin de peser sur la négociation salariale prévue en février, les fonctionnaires examinent les modalités syndicales de nouvelles actions.
Des taux de grévistes atteignant 30 à 50 % dans certains secteurs (enseignement, finances…), une centaine de (...)