Nettoyage-Propreté : arrêt des cotisations de la complémentaire santé, ils ont osé !

Communiqué de la FEETS par FEETS FO

Article publié dans le Dossier Coronavirus / Covid19

La FEETS FO qui regroupe les syndicats des salariés du nettoyage et de la propreté vient de recevoir un projet d’accord de la chambre patronale, FEP, afin de soustraire les entreprises au paiement des cotisations pour la complémentaire santé des salariés du secteur.

Le patronat du secteur affirme que cette mesure serait nécessaire actuellement pour sauver les emplois de la branche en réalisant ainsi des économies indispensables.

Hormis que l’économie réalisée est ridicule, cela démontre une irresponsabilité totale de ce patronat à l’égard des salariés de ses entreprises qui eux sont en situation de risque actuellement pour assurer la mission essentielle de nettoyage avec les périls encourus et les suites possibles pour leur santé.

Pour la FEETS FO, l’heure n’est certainement pas aux économies de « bout de chandelle » mais à tout mettre en œuvre pour préserver la santé des travailleurs. Ce que ne font pas les employeurs du secteur.

Si besoin était, la chambre patronale nous démontre que irrémédiablement, salariés et patrons, nous n’avons pas les mêmes intérêts, nous n’avons pas les mêmes objectifs : Eux, leurs bourses, Nous la santé.

La FEETS-FO appelle le gouvernement à mettre un coup d’arrêt à ce projet néfaste.

FEETS FO ÉQUIPEMENT, ENVIRONNEMENT, TRANSPORTS ET SERVICES

Tous les articles du dossier

La solidarité passe par une fiscalité immédiate sur les hauts revenus

Communiqué de FO par Nathalie Homand

Préoccupé par la baisse de rentrées fiscales et le financement des mesures d’urgence de soutien aux entreprises, le ministre des Comptes publics fait appel à la générosité des Français et des entreprises en proposant une plateforme en ligne pour récolter des dons afin de faire face à la crise sanitaire.

Bâtiment, chimie, métallurgie… L’intérêt financier ne doit pas passer avant la santé

Coronavirus / Covid19 par Evelyne Salamero

Alors que l’Italie a franchi un cap supplémentaire pour endiguer la propagation du Coronavirus en décidant le 23 mars l’arrêt de toute production qui ne serait pas « strictement nécessaire, cruciale et indispensable afin de garantir les biens et services essentiels », le gouvernement français semble décidé, lui, à faire tourner l’économie française le plus possible… Coûte que coûte ?