Pénitentiaire : FO reçue par la ministre maintient la pression

Mobilisation

Photographie : SNP-FO

FO maintenait la mobilisation et la pression ce jeudi, alors que la ministre devait à nouveau recevoir les syndicats.

Ce matin, après déjà plusieurs jours de blocage, FO annonçait que 109 établissements pénitentiaires étaient encore mobilisés parmi lesquels, le syndicat décomptait 43 structures où les personnels ont déposé les clés dont 25 nécessitaient la prise en charge par les Forces de Sécurité Intérieure.

Après un entretien en bilatéral hier soir avec la Chancellerie, le Syndicat National Pénitentiaire FO devait donc être à nouveau reçu Place Vendôme à 12h30 par Nicole Belloubet, Garde des Sceaux, ministre de la Justice.

FO avait pris soin de réitérer ses revendications portant sur la sécurité des Personnels, sur la classification des établissements permettant l’orientation ciblée des détenus, sur le renfort des effectifs et le comblement des organigrammes, sur la formation initiale et la formation continue tenant compte de la prise en charge des profils de détenus.

Aux mesures, y compris législatives, attendues en lien avec l’impératif de la sécurité, le syndicat mettait à nouveau en avant la demande d’une revalorisation du statut et des salaires de manière significative.

À suivre donc dans les prochaines heures.

Sur le même sujet

Retraites - Renforcer et élargir dès maintenant la mobilisation !

Communiqué de FO par Yves Veyrier

La confédération réunissait ce jour l’ensemble de ses fédérations nationales de tous les secteurs d’activité : métallurgie, automobile, aéronautique, chimie, raffineries, pharmacie, textile, agro-alimentaire, grande distribution, restauration, agriculture, commerce, services à la personne, banque, (...)

La centrale de Clairvaux, un symbole pénitentiaire en sursis

Prison par Clarisse Josselin

Mi-avril, le ministre de la Justice annonçait la fermeture subite de la prison de Clairvaux, avant de reporter sa décision à fin juin. Construite dans l’enceinte de l’abbaye du même nom, elle accueille des détenus depuis 1814. Lieu de mémoire, c’est aussi l’un des établissements les plus sûrs de France.