Plan d’investissement dans les compétences : Un tour de passe-passe budgétaire habile, mais non créateur d’emplois

Communiqué de FO par Michel Beaugas

 
Le gouvernement a présenté, le 25 septembre, son plan d’investissement dans les compétences (PIC) consistant en l’affectation de 14,6 milliards d’euros, sur 5 ans, dans la formation et l’accompagnement des demandeurs d’emploi peu ou pas qualifiés et des jeunes en situation de décrochage scolaire principalement.
 
La somme allouée à ces actions est certes conséquente, mais pour FO, celle-ci s’apparente davantage à une redistribution budgétaire qu’à un véritable investissement : en effet, si l’État entend bien « investir », il appelle surtout les interlocuteurs sociaux et les entreprises à y contribuer largement.
 
Si FO s’accorde à dire que la formation est nécessaire pour adapter les compétences des personnes, notamment aux évolutions numériques, en vue d’une accession ou d’un retour vers un emploi pérenne et de qualité, elle regrette que le gouvernement se focalise uniquement sur la formation des demandeurs d’emploi et des jeunes en situation de décrochage scolaire, sans même prendre la peine de rechercher la responsabilité de l’Education nationale. Pour y remédier, FO réclame qu’un travail préventif et collectif, impliquant notamment les organisations syndicales, soit organisé sur le thème du décrochage scolaire. De même, FO demande que les effets du Plan 500 000 formations supplémentaires pour les demandeurs d’emploi soient enfin évalués en termes de retour à l’emploi, car si la formation est un outil merveilleux pour édifier une société de compétences, comme l’appelle de ses vœux le gouvernement, force est de constater qu’elle ne crée pas d’emplois.
 
Enfin, il est proposé que chaque axe du « Grand » plan d’investissement soit pris en charge par un comité de pilotage placé auprès du ministre. Si la composition de ce comité de pilotage reste floue, il y a fort à parier que les organisations syndicales n’y seront pas associées, et qu’elles ne seront que réunies « de façon périodique » au sein d’une « instance de dialogue » pour veiller à l’accessibilité et à la qualité de l’information sur les résultats du plan d’investissement !
 
Ce plan exceptionnel d’investissement a donc vocation à soutenir les réformes qu’a décidé d’engager le gouvernement : assurance chômage, formation professionnelle, apprentissage… alors même que celles-ci ne sont pas encore faites : ni concertation, ni négociation n’ont encore été ouvertes.

FO reste vigilante et y prendra toute la part qui lui revient.
 

Michel Beaugas Secrétaire confédéral au Secteur de l’Emploi et des retraites

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Retraites : étude d’impact – première réaction

Communiqué de FO par Yves Veyrier

La confédération FO se félicite de la mobilisation de cette journée du 24 janvier, partout en France, qui confirme la détermination intacte contre le projet de régime unique par points, après 50 jours de grèves et manifestations.

Retraites - Nos mobilisations seront victorieuses !

Communiqué intersyndical

Jeudi 23 janvier, partout dans le pays, à l’appel de nos organisations syndicales, des manifestations éclairées par des flambeaux ont permis à beaucoup de continuer à exiger le retrait du projet de réforme des retraites.

Déclaration de la Commission exécutive du 23 janvier 2020

Communique de FO par Yves Veyrier

La Commission exécutive confédérale salue à nouveau les adhérents, militants, salariés engagés contre le projet du gouvernement de régime unique par points. Elle se félicite de l’initiative et de la conduite de cette mobilisation et de la grève depuis le 5 décembre, dans le cadre d’une large unité d’action syndicale, par la confédération et l’ensemble de ses Fédérations, Unions Départementales et Syndicats.

Retraites - Un 24 massif et déterminé pour le retrait

Communiqué intersyndical

Le Président de la République a donné son feu vert à l’examen en Conseil des ministres du projet de loi sur les retraites le 24 janvier 2020. Ce projet renvoie à de nombreuses ordonnances et décrets qui définiront ultérieurement et sans débat les dispositions structurantes du régime prétendu universel (...)