Pour la réouverture des négociations salariales et pour la défense de l’emploi dans les Industries Électriques et Gazières (IEG)

7 mars 2017 par Énergie et Mines

Communiqué FO Énergie et Mines

Les 5 fédérations syndicales représentatives de la branche des Industries Électriques et Gazières (IEG), dont FO Énergie et Mines, ont décidé depuis le 3 janvier 2017 de mener une démarche commune pour la réouverture des négociations salariales et pour la défense de l’emploi dans les entreprises des IEG.

Pour ce faire elles ont décidé d’une démarche spécifique dans les Institutions Représentatives du Personnel.

De plus, les 5 fédérations syndicales appellent à la mobilisation de mardi 7 mars prochain. Cette journée fait suite à celle du 31 janvier, qui a vu un taux de grévistes record.

Être gréviste n’est plus suffisant, il faut aujourd’hui viser une action « entreprises mortes ».

Il faut exiger l’ouverture d’une réelle négociation nationale salariale, l’arrêt de la destruction des Services Publics Républicains de l’énergie et la défense de notre Statut national.

Vous trouverez en pièces jointes la note intersyndicale expliquant les démarches spécifiques à appliquer dans les IRP ainsi que le tract concernant le mouvement du 7 mars prochain.

Énergie et Mines Secrétaire général

Sur le même sujet

Energie : FO maintient sa position

Elections par Evelyne Salamero, journaliste L’inFO militante

En progrès à EDF SA, avec 13,86% des voix au lieu de 13,31% en 2013, ainsi qu’à Storengy (filiale de GFD Suez), et à GRT Gaz où elle devient représentative, FO a globalement maintenu sa position aux élections professionnelles de la branche des IEG (Industries Electriques et Gazières) de la fin (...)

IEG : recul des employeurs et du gouvernement, appel à la grève levé

Énergie par Evelyne Salamero, journaliste L’inFO militante

Face à l’appel à la grève lancé pour le 22 juin par les fédérations de l’Énergie FO, CGC, CGT et l’UNSA, les employeurs des industries électriques et gazières ont renoncé à demander que la nouvelle loi travail par ordonnances cible explicitement leur secteur, ce qui leur aurait permis de remettre en cause le statut des personnels obtenu en 1946.

Jean-Claude Mailly. « Macron doit choisir entre passage en force et concertation »

Humanité Dimanche le 2 juillet 2017 par Jean-Claude Mailly

« S’il estime que, pour l’instant, le gouvernement est prêt à la discussion, le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, prévient que, au final, ce qui comptera, c’est de savoir si les syndicalistes ont été entendus. Il fixe des limites à ne pas franchir ­ maintien et primauté des accords de branche, pas d’instauration d’un référendum d’entreprise à l’instigation de l’employeur ­ mais se montre ouvert à une évolution des instances représentatives du personnel... sous conditions. » L’Humanité Dimanche