Pourquoi est-il si important d’être présent au sein des conseils d’administration des HLM ?

Logement par Pascal Lagrue, Secteur Logement

© Laurent GRANDGUILLOT/REA

Obtenir des sièges de représentation dans les conseils d’administration apparaît essentiel pour défendre les intérêts des locataires en lien avec des problèmes potentiels dans leur logement, en lien avec la vérification des charges locatives ou le niveau du prix des loyers.

Il conviendra d’être vigilant dans la révision des provisions au titre des charges et les bailleurs sociaux devront transmettre aux associations de locataires les éléments clés des contrats (fournisseurs, tarifs, durées, volumes, nature du prix, indexations…).

Aujourd’hui, les élections HLM sont clairement impactées par des perturbations en lien avec l’organisation des votes dans ce scrutin.

Les élections des représentants des locataires HLM, qui ont débuté le 15 novembre 2022, ont été reportées au-delà de l’échéance du 15 décembre, et ce, en raison de défaillances dans la logistique du vote et des retards d’acheminement des envois.

En 2021, les élections départementales et régionales avaient été marquées par des dysfonctionnements dans l’envoi de la propagande électorale, privant des électeurs des professions de foi. C’est un scénario semblable qui se répète dans le cadre des élections des représentants HLM, qui ont débuté le 15 novembre et étaient supposées se terminer le 15 décembre.

Ces quelques couacs techniques intervenus dans le processus électoral mettent en lumière des dysfonctionnements dans certains envois des professions de foi et des bulletins de vote, dans l’organisation du vote par correspondance et par voie électronique...

Ces dysfonctionnements sont, en outre, susceptibles d’alimenter de futurs contentieux pour annuler des élections, ce qui impliquerait de recommencer le processus électoral depuis le début.

Ce scénario, les organismes HLM comme le ministère du Logement souhaitent l’éviter à tout prix.

Le report de l’échéance des élections HLM du 15 décembre 2022 au 31 janvier 2023 devrait ainsi permettre aux locataires d’avoir le temps de voter au vu des problèmes techniques, selon le ministère du Logement.

Dans un contexte de flambée des prix, dans une situation de désinvestissement de l’État en matière de financement des politiques du logement, estimé à 15 milliards d’euros au cours des six dernières années, et au regard des prélèvements financiers effectués sur les bailleurs sociaux, c’est le soutien aux locataires qui entre dans une spirale d’amoindrissement.

Comme le déclare souvent le secrétaire général de la confédération FO, il n’est pas normal que les salariés vivent dans l’angoisse d’un dilemme cornélien : choisir entre payer le loyer et le remplissage du frigo pour nourrir sa famille….

Avec l’inflation galopante – avec des prix de l’énergie, de l’alimentation, des produits manufacturés ou encore des carburants en forte hausse –, les locataires voient leur pouvoir d’achat fortement impacté et les charges liées au logement vont atteindre des sommets.

Celles et ceux qui seront présents au sein des conseils d’administration des HLM auront à porter toutes leurs revendications sur un axe prioritaire, celui de conditions de vie et de logement respectueuses et dignes pour les locataires.

Pascal Lagrue Secrétaire confédéral au Secteur du Développement

Secteur Logement

Sur le même sujet

En quoi consiste la vente de HLM ?

Logement social par AFOC

C’est la vente de logements locatifs à leur occupant, dont le prix est librement fixé par l’organisme HLM sur la base d’un logement comparable libre d’occupation et sans pouvoir être supérieur ou inférieur de plus de 35% à l’évaluation faite par le service des domaines. Les logements qui ont plus de 10 ans (...)

Défense du logement social

Elections HLM 2018 par AFOC

Pour l’AFOC, le logement social n’est pas un bien comme les autres. C’est un bien de première nécessité, comme l’eau, l’énergie et la nourriture.