Pouvoir d’achat : FO redit l’urgence d’une hausse des salaires

InFO militante par  Valérie Forgeront, L’Info Militante

© Richard DAMORET/REA

Si le contexte politique est porteur d’incertitudes, pour autant ce n’est en rien un temps de latence sur le plan de la revendication syndicale et FO redit l’urgence d’augmenter les salaires. D’autant que l’inflation, estime l’Insee, pourrait atteindre 7 % en septembre. Le 26 juin, Les Échos et l’AFP révélaient des mesures du projet de loi de l’exécutif sur le pouvoir d’achat, projet qui prévoit 7 milliards d’euros cette année et 8 milliards en 2023. Il devrait être présenté le 6 juillet en Conseil des ministres et sera intégré à une loi de finances rectificative. Le 27 juin, le ministre de l’Économie indiquait quant à lui que  la cote d’alerte est atteinte sur les finances publiques. L’objectif est de revenir à leur équilibre d’ici à 2027, donc  tout n’est pas possible en matière de dépenses publiques. Et en l’absence de toute  hausse d’impôts. Ce qui exclut notamment l’apport de recettes supplémentaires pouvant être apportées par les entreprises, via une modification de leur fiscalité.

Le caractère essentiel de la négociation collective

Le projet conçoit une revalorisation de 4 % de diverses prestations sociales (RSA, AAH et Aspa), intègre la mesure de hausse ― identique et précédemment annoncée ―des retraites de base, de la prime d’activité et prévoit + 3,5 % pour les APL. Il prévoit aussi un chèque inflation de 100 ou 150 euros, un plafonnement à 3,5 % de la hausse des loyers, la poursuite du système de « bouclier » tarifaire sur l’énergie ou encore un élargissement, par l’abaissement de sa réglementation, du dispositif d’intéressement en entreprise. A été annoncé aussi le triplement (3 000 ou 6 000 euros) de la prime sur le pouvoir d’achat pour les salariés percevant moins de trois fois le Smic. Cette PEPA – défiscalisée, exonérée de cotisations sociales et facultative – a été versée en 2021 à seulement un salarié sur cinq et affiche un montant moyen de 506 euros. Alors que les salariés ne demandent pas la charité, rappelle régulièrement la confédération, ce système de prime détruit la possibilité de négociation sur les salaires, pointait le 27 juin dans les médias le secrétaire général de FO, Frédéric Souillot.

La confédération demande l’ouverture ou la réouverture (par l’activation des clauses de revoyure) de négociations salariales avec les employeurs. De même, insistait-il, il y a nécessité d’une hausse massive du Smic. Et sur ce sujet, c’est le gouvernement qui détient le pouvoir de décision.

 Valérie Forgeront Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Le non-recours aux droits sociaux : un phénomène silencieux de grande ampleur

Pauvreté par Nadia Djabali

Pourquoi des personnes qui auraient pu bénéficier d’une ou plusieurs aides sociales n’ont-elles pas déposé de dossier ? C’est une des questions posées par le comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques de l’Assemblée nationale. Ce comité a publié fin octobre 2016 un rapport d’information sur l’évaluation des politiques publiques en faveur de l’accès aux droits sociaux.

Résolution Comité confédéral national des 3 et 4 novembre 2021 – adoptée à l’unanimité

Communiqué de FO

Réuni à Paris les 3 et 4 novembre 2021, le CCN rappelle l’indépendance de la CGT-FO à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis, des groupements ou rassemblements politiques, des sectes philosophiques et religieuses. Il réaffirme son attachement à la Charte d’Amiens et d’une façon générale, son indéfectible opposition à toute influence extérieure au mouvement syndical. Le syndicalisme ne doit pas lier son destin à celui de l’État, rappelant ainsi le préambule des statuts de la CGT-FO.