Prime : les salariés d’AGIS débrayent pour réclamer leur dû

Communiqué de la FGTA par FGTA-FO

Article publié dans le Dossier Coronavirus / Covid19
DR

La quasi-totalité des 120 salariés présents sur le site Agis (plats préparés, groupe LDC) d’Herbignac a débrayé ce 31 mars 2020 pour protester contre la politique de la direction.

Après avoir refusé vendredi de verser la prime de 1000 euros évoquée par M. le Président de la République, et après avoir incité les salariés à poser leur RTT et à faire jouer la modulation pour restreindre les effectifs, les volumes repartent à la hausse.
Les salariés se retrouvent donc en sous-effectif pour une charge de travail importante et des horaires de 9h par jour.

Soutenu par la FGTA-FO, le syndicat FO Agis a donc accompagné les salariés dans cette action qui ne sera pas la dernière si la Direction continue dans cette voie.

Pour rappel, Agis, sur l’ensemble des trois sites, c’est 135 millions de chiffre d’affaires et 2 millions d’euros de bénéfices en 2019. Agis appartient au groupe LDC, propriété de M. Lambert, dont la fortune personnelle atteint 1 milliard 400 millions d’euros.

Le syndicat FO fait part de son écœurement envers des employeurs qui n’ont aucune reconnaissance pour les salariés qui bâtissent leur richesse et contribuent à nourrir les français malgré les risques pour leur santé avec le Covid19.

La FGTA-FO et le syndicat FO Agis envisagent d’ores et déjà une nouvelle action demain si rien ne change.

FGTA-FO AGRICULTURE, ALIMENTATION ET TABACS ET ACTIVITÉS ANNEXES

Tous les articles du dossier

Protéger les salariés au service des personnes âgées, handicapées, assistantes maternelles …

Communiqué de FO par Yves Veyrier

Ce matin, lors de la réunion en audio conférence avec le président de la République, le Secrétaire général de FO a fait part de la très forte préoccupation concernant à la fois les personnels de santé et les salariés des services à domicile, qui sont mobilisés, auprès des personnes âgées, handicapées, et des assistantes maternelles et enseignants pour la garde des enfants d’autres salariés eux-mêmes mobilisés.