Région Paca : les cheminots se mobilisent contre l’ouverture à la concurrence des TER

InFO militante par Clarisse Josselin, L’Info Militante

© Anthony MICALLEF/HAYTHAM-REA

FO a appelé les cheminots à faire grève le 14 octobre contre l’ouverture à la concurrence des trains régionaux en PACA et ses conséquences sociales. Un grand rassemblement est également prévu à Marseille le 29 octobre, jour où les élus du conseil régional sont invités à voter en faveur de Transdev pour exploiter la liaison Marseille-Nice.

Stop à la casse du service public SNCF. C’est sur ce mot d’ordre que FO a, de manière unitaire en intersyndicale, appelé les cheminots de la région PACA à faire grève le 14 octobre. Le mouvement a été suivi par de nombreux agents de conduite et de contrôleurs.

Cette région est la première de France à ouvrir à la concurrence l’exploitation de lignes de transport de voyageurs. Et elle devrait faire le choix du privé contre l’opérateur historique SNCF. Pour la ligne Marseille-Nice, les élus régionaux sont en effet incités à voter le 29 octobre en faveur de Transdev face à une filiale de la SNCF et à l’opérateur italien Thello. Cette ligne, qui représente 10% du trafic régional, génère 30% des recettes directes.

L’autre lot ouvert à la concurrence, dit « étoile niçoise », concerne des lignes autour de Nice. Il devrait aller à SNCF Sud-Azur, filiale du groupe et seul candidat pour exploiter ce réseau moins rentable. Les changements d’opérateur se feront entre fin 2024 et 2025, pour une concession de dix ans.

261 emplois vont disparaître

Le jour du vote, le 29 octobre, FO et deux autres organisations syndicales appellent à un grand rassemblement devant le conseil régional. FO donne rendez-vous aux cheminots devant la gare de Marseille Saint-Charles avant de rejoindre le cortège unitaire.

Si la privatisation est confirmée par les urnes, les conséquences sociales seront dramatiques pour les personnels. Sur la ligne Marseille-Nice, 163 cheminots sur les 244 actuels seront transférés vers Transdev. Sur l’autre lot, le transfert concernera 551 cheminots sur les 691 actuels. La mobilité devrait se faire sur la base du volontariat. Le maintien du statut devrait être garanti durant quinze mois. Par la suite, sur la ligne Marseille-Nice, ce sera le régime Transdev, dont la direction prône déjà la polyvalence à outrance des agents. Sur les lignes de l’« étoile niçoise » les cheminots perdront aussi le statut à terme puisqu’un accord devra être négocié avec l’entreprise SNCF Sud-Azur.

Seul un rapport de force de haut niveau permettra de maintenir de bonnes conditions sociales, préviennent les syndicats, qui s’inquiètent également de l’avenir des 261 cheminots qui ne seront pas transférés vers les nouveaux opérateurs et dont l’emploi va disparaître.

Tout le réseau régional menacé de privatisation

A terme, c’est l’ensemble des lignes régionales qui seront concernées. Au-delà de la fin du conventionnement actuel en 2023, tout le réseau sera morcelé en lots pour être rapidement soumis à nouveaux appels d’offres. Et selon le syndicat FO cheminots PACA, la SNCF se positionnera systématiquement en filiales, et non plus avec la maison mère SNCF voyageurs,pour faire basculer l’intégralité des agents dans les conditions sociales abaissées. Les négociations qui vont s’ouvrir auront donc une importance capitale pour l’ensemble des cheminots du TER. C’est bien leur avenir que nous défendrons le 29 octobre, poursuit FO.

Le syndicat continue de revendiquer l’abrogation de la loi autorisant l’ouverture à la concurrence dans le transport ferroviaire de voyageurs. Et pour préserver les acquis et les conditions de travail des cheminots, le syndicat revendique, au lieu d’un transfert, la mise à disposition des personnels dans les filiales, comme cela se fait déjà avec Thalys ou Eurostar.

Clarisse Josselin Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet