Revue de presse

Retraités et Ehpad refusent d’être touchés par la macronite aiguë

, Michel Pourcelot

Recommander cette page

Les personnels des Ehpad et des services à domicile de nouveau mobilisés jeudi 15 mars à l’appel de FO et de neuf autres organisations syndicales.

D’importantes manifestations de retraités, et de personnels d’Ehpad (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes), se sont une nouvelle fois déroulées à travers le pays ce 15 mars pour protester respectivement contre l’érosion de leur pouvoir d’achat par la hausse de la CSG et les conditions de travail. Aperçus.

L’Express
Face à la solidarité des manifestants, la ministre des Solidarités, Agnès Buzyn, a reçu une délégation à la mi-journée pendant un rassemblement sous ses fenêtres. Elle a reconnu la légitimité des attentes, a rapporté le président de l’AD-PA, Pascal Champvert. Mais elle ne peut pas répondre au ratio d’un personnel pour un résident, contre 0,6 en moyenne actuellement, réclamé par les syndicats, en plus de meilleurs salaires ou de l’abrogation de la réforme du financement des Ehpad. Un pour tous, tous pour un, n’est sans doute que de la littérature.

Le Monde
Plus ancrée dans la réalité et arrivée un peu avant 13 heures, Laure Huyssachaert est aide soignante dans un Ehpad de Seine-et-Marne. À 23 ans, c’est sa première expérience professionnelle. Comme une rengaine, elle décrit un travail à la chaîne : Un résident c’est maximum 20 minutes pour la toilette du matin, mais on essaye de parler, on est des humains quand même ajoute-t-elle résignée. Des humains ! Combien de divisions face à une colonne de chiffres ?

La Dépêche
Pas de divisions mais des fusions de cortège en l’Hexagone : retraités et personnels des Ehpad des Hautes-Pyrénées ont manifesté ensemble, dans les rues de Tarbes. Plus de 2 000 manifestants, originaires de tout le département, avaient fait le déplacement. La grande majorité des manifestants étaient des retraités. De toute la Bigorre, de tous les milieux sociaux et de toutes les couleurs politiques, ces derniers ont scandé leur mécontentement face à la dégradation de leur situation financière et sociale.

Marianne
Cette dégradation produit des ruissellements : parmi ses postes de dépense menacés : le forfait téléphonique et l’assurance de la voiture que Martine paie à son fils de 30 ans, en recherche d’emploi. Le gouvernement parle beaucoup de solidarité entre générations mais en baissant le pouvoir d’achat des retraités, il nous empêche de soutenir nos familles, pointe-t-elle. À trop scier les branches intergénérationnelles...

Le Figaro
Déjà, les premières ponctions se sont fait sentir. Et ont parfois suscité l’incompréhension de retraités qui, malgré des pensions inférieures à 1 200 euros par mois, ont dépassé les plafonds (1 841 euros pour un couple) en raison des revenus de leur conjoint et/ou locatifs, explique M. Hotte (FO). Interpellé mercredi à Tours, Emmanuel Macron a redit qu’il assumait ses réformes et demandé un effort pour aider les jeunes actifs. Il y en a qui râlent et qui ne veulent pas comprendre, c’est la France, a-t-il remarqué, dans un éclair d’analyse systémique. Râler n’est pas être en colère selon lui : Après deux jours en Touraine et plusieurs bains de foule, Emmanuel Macron a déclaré jeudi qu’il n’avait pas senti de colère, mais qu’il fallait expliquer les réformes. [...] Nos concitoyens ont parfois des angoisses, nous sommes là pour les accompagner et faire que ce pays réussisse, a-t-il dit. Sinon contre les angoisses, il y a les ordonnances.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément