Santé au travail : la discussion enfin sur les rails

Protection Sociale par Françoise Lambert

© Stephane AUDRAS/REA

FO souhaite une véritable négociation et pas un simulacre de concertation.

C ela fait des mois que le dossier était en suspens et que FO demandait son ouverture : le gouvernement vient enfin de lancer une pré-concertation sur la santé au travail, au sein du Conseil d’orientation des conditions de travail (COCT). Dans une lettre d’orientation transmise aux interlocuteurs sociaux le 13 mars, il leur donne trois mois pour déterminer les points qui relèveront d’une négociation interprofessionnelle d’une part, et d’une concertation d’autre part. Ils s’appuieront pour ce faire sur pas moins de quatre rapports publiés cette année et en 2018 — portant respectivement sur les risques chimiques, les pathologies professionnelles dans l’industrie, les arrêts de travail et sur l’organisation du système de prévention. Ce dernier rapport, dit rapport Lecoq, est très critiqué par FO car il propose la fusion des différents acteurs de la santé au travail dans une instance nationale unique, ainsi qu’une régionalisation de la prévention. Une telle évolution éloignerait les acteurs du terrain, explique Serge Legagnoa, secrétaire confédéral FO. Seule la gestion paritaire du système de santé au travail peut garantir une véritable protection de la santé des travailleurs.

Pour le renforcement de la médecine du travail

Pour FO, la question des moyens financiers et humains au service de la santé au travail est primordiale. La confédération revendique l’affectation des excédents de la branche Accidents du travail - maladies professionnelles (AT-MP) à une véritable politique de santé au travail. Cela passe notamment par le renforcement de la médecine du travail.

Alors que le gouvernement évoque dans sa lettre de cadrage une négociation éventuelle et une concertation, FO appelle de ses vœux une véritable négociation et pas un simulacre de concertation. La confédération estime qu’un maximum de champs doivent y être abordés. Parmi les priorités listées par l’organisation syndicale : l’amélioration de la traçabilité des risques, les risques psychosociaux (prévention et prise en charge), la prévention de la désinsertion professionnelle, notamment pour les plus âgés, écartés du marché du travail, sans oublier le suivi médical des salariés. Sur ce dernier chapitre, il s’agit de raccourcir le délai entre deux visites médicales, qui peut aujourd’hui atteindre cinq ans.

Françoise Lambert Journaliste à L’inFO militante - Santé - Retraite

Sur le même sujet

Rapport sur la santé au travail : une étatisation au risque de déresponsabiliser les entreprises

Communiqué de FO par Serge Legagnoa

Le rapport « Santé au travail : vers un système simplifié pour une prévention renforcée », confié à la députée Madame Charlotte Lecocq, a été rendu public ce 28 août. Si, à la lecture de ce rapport, la simplification à l’extrême du système apparait clairement, le renforcement attendu de la prévention est ici parfaitement abstrait.