Service Public

Sortie du livre FO « Il faut sauver le service public » le 1er octobre 2014

Recommander cette page

Cet ouvrage à paraître le 1er octobre chez Flammarion collection Librio est le cri d’alarme de FO pour la défense du service public républicain. C’est l’illustration par la preuve avec plus de 250 exemples concrets locaux et très précis qui montrent à quel point le retrait de l’action publique conduit, dans certains endroits, à une véritable désertification de la République et à un accroissement des inégalités.

Cet ouvrage constitue un témoignage incontournable et un appel à une prise de conscience indispensable dans un contexte de remise en cause des missions de service public. Il n’y a pas de République sans service public comme il n’y a pas de service public sans agent public.

A propos de cet article

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Agenda

Tous les événements à venir

  • Mercredi 12 décembre de 09h20 à 10h00

    :franceinfo
    Yves Veyrier sera invité sur France Info dans « :l’éco ».
  • Mercredi 12 décembre de 12h00 à 12h30

    BFM Business
    Yves Veyrier sera l’invité d’Hedwige Chevrillon sur BFM Business.

Éphéméride

11 décembre 1907

Procès des ouvriers de Raon-l’Étape
Au cours d’une manifestation, des grévistes réclamaient l’amélioration de leur sort ; une violente échauffourée s’ensuivit à Raon-l’Étape, en juillet 1907, qui fit trente-quatre blessés et deux morts. L’ironie de l’histoire, c’est que la justice frappa non pas le provocateur du massacre, un gendarme, mais (...)

Au cours d’une manifestation, des grévistes réclamaient l’amélioration de leur sort ; une violente échauffourée s’ensuivit à Raon-l’Étape, en juillet 1907, qui fit trente-quatre blessés et deux morts. L’ironie de l’histoire, c’est que la justice frappa non pas le provocateur du massacre, un gendarme, mais des ouvriers, parmi lesquels onze furent détenus illégalement, par prévention.
L’accusation, fondée sur des délits inventés de toute pièce, « établit la culpabilité » des grévistes. Et c’est ainsi que cinquante-deux manifestants furent condamnés à des peines diverses, allant de six jours jusqu’à dix mois de prison.
« Ce progrès, écrivit La Voix du Peuple, le journal de la CGT, était la plus odieuses des infamies ». La partialité flagrante de ce jugement souleva à l’époque, l’indignation de toute la classe ouvrière.