Tract - Ça suffit ! 9 avril 2015

#greve9avril

Article publié dans le cadre de la campagne 9 avril 2015 : Grève interpro­fessionnelle

L’arme des salariés, quand ils ne sont pas entendus, c’est de cesser le travail et de manifester.

Sur les plans européen et national, l’austérité fait des ravages. Mise en place pour diminuer les dettes publiques, elle a échoué. Partout celles-ci ont augmenté. Certes, la France n’est pas la Grèce ni l’Espagne.

Pour autant :

 Le gouvernement n’a accordé aucun coup de pouce au Smic et gèle le salaire des fonctionnaires ; cela a un impact négatif sur tous les salaires.

 La génération née en 1973 devra travailler 43 ans avant d’avoir une retraite à taux plein.

 Le chômage et la précarité atteignent des records, notamment chez les jeunes et les plus anciens.

 La croissance économique est quasi nulle, freinant les investissements et l’espoir d’une reprise dans l’avenir ; la protection sociale complémentaire (maladie-prévoyance) ne cesse de subir des restrictions.

Les services publics sont fragilisés, leurs implantations sur le territoire réduites, leur rôle affaibli.

Dans le même temps, 41 milliards d’euros d’aides diverses aux entreprises ont été accordées en échange de 50 milliards d’euros de réduction de dépenses publiques et sociales (pacte de responsabilité). Sur la seule année 2013, ce sont 110 milliards d’aides publiques et sociales aux entreprises qui ont été accordées, 135 milliards pour 2017.

Face à ces sommes, aucune contrepartie de la part des entreprises. Sur le plan social, la loi dite Macron étend le travail du dimanche, affaiblit les procédures prud’homales, flexibilise encore le Code du travail.

Un nouveau projet de loi va fragiliser les CHSCT et réduire les moyens des institutions représentatives du personnel.

Face à ces abandons sociaux et républicains, face à la surdité gouvernementale vis-à-vis des attentes des salariés du privé, du public, actifs, chômeurs et retraités, il est temps de dire avec force : ça suffit ! Il ne s’agit pas de poser des cadenas, de faire des pétitions ou du lobbying.

Tract - Ça suffit ! 9 avril 2015

L’arme des salariés, quand ils ne sont pas entendus, c’est de cesser le travail et de manifester.

Grève - Manifestations

 Pour des augmentations de salaire
 Pour une amélioration des conditions de travail
 Pour consolider la Sécurité sociale et les régimes sociaux (retraite, chômage, etc.)
 Pour un service public républicain répondant aux valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité et de laïcité
 Pour dynamiser l’activité et créer de vrais emplois
 Pour une grande réforme fiscale
 Pour obtenir une vraie réorientation de la politique économique aux niveaux européen et national

 Voir en ligne  : Tract Ça suffit ! 9 avril 2015 [PDF]

Tous les articles de la campagne

Grèves et manifestations contre l’austérité, la loi Macron, pour la hausse des salaires

Emploi et Salaires par Mathieu Lapprand

Plus de 80 manifestations se sont déroulées à travers le pays ce 9 avril. Dans les entreprises et les administrations, des débrayages et des mouvements de grève ont permis aux salariés de tous les secteurs de se mobiliser à l’appel de quatre organisations syndicales, dont FO et la CGT, contre la politique d’austérité menée par le gouvernement.

Réunion du 31 mars au ministère sur la réforme du collège : FO, SNES, CGT et SNALC quittent la séance

Communiqué du SNFOLC par Enseignement, Culture et Formation professionnelle

Ce 31 mars, les organisations syndicales étaient invitées à une dernière réunion sur le projet de réforme du collège. Leur étaient présentés les projets de décret et d’arrêté mettant en oeuvre cette réforme qui devraient ensuite être soumis au Conseil Supérieur de l’Education du 10 avril.
Les dispositions (...)

Valls fait monter la température sociale à 49,3°

Communiqué de la FEC-FO - Section Fédérale du Commerce par Employés et Cadres

Par tous les moyens, le gouvernement veut détruire les droits des travailleurs. C’est de l’acharnement thérapeutique libéral pour faire passer une loi des plus rétrogrades qui nous renverra au XIXe siècle, à l’époque où les salariés du commerce n’avaient pas accès aux Prud’hommes, n’avaient pas de repos (...)