Transformation du système de santé : la nouvelle organisation du rationnement des soins

Communiqué de FO par Serge Legagnoa

Article publié dans le cadre de la campagne Elections Fonction publique
Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

Dans le droit fil des annonces du président de la République sur la transformation de notre système de santé, un projet de loi vient d’être présenté au Conseil de la CNAM. 

Le projet incarne la continuité de l’État et des politiques conduites précédemment, avec la ratification de 33 ordonnances prises sur le fondement de la loi « Santé » de 2016. Mais il amplifie aussi la transformation, essentiellement par ordonnances et majoritairement prises sous 6 mois, ce que le gouvernement justifie par un calendrier de la loi resserré » et « la garantie du temps de la concertation ! Ainsi le recours aux ordonnances demeure la méthode de concertation pour la transformation de notre modèle social...

Parmi les principales mesures présentées, il apparait que :

 Le numerus clausus, le nombre d’étudiants en médecine à former chaque année, ne sera pas supprimé, mais défini par rapport à une méthode de calcul encore inconnue, puis imposé aux universités par les ARS.
 La restructuration hospitalière semble exclusivement viser l’intégration des établissements plutôt que leur collaboration, ce qui entraînera à n’en pas douter des fermetures supplémentaires de services, notamment par le biais d’une recertification des établissements et la redéfinition des hôpitaux de proximité.
 La révision du statut de praticien hospitalier et du recrutement de contractuels pourra conduire à réduire progressivement le nombre de fonctionnaires et ainsi mettre fin au statut de la fonction publique hospitalière.
 Enfin, le développement du numérique en santé pourra conduire à une nouvelle forme d’industrialisation du soin encore plus déconnectée de la personne humaine.

Pour Force Ouvrière, si notre système de santé doit être amélioré pour lutter particulièrement contre les inégalités d’accès aux soins (géographiques, financières ou technologiques) et s’adapter aux pathologies chroniques, une telle méthode est inacceptable. Ce projet de loi habilitera le gouvernement à organiser un nouveau rationnement des soins, et forcera l’ensemble des acteurs du système à composer avec.

Serge Legagnoa Ex-Secrétaire confédéral au Secteur de la Protection Sociale Collective

Plus dans la campagne Elections Fonction publique
Tous les articles de la campagne

Un statut à la croisée des négociations

A la recherche du cadre par Michel Pourcelot

Réactivées après avoir été longtemps enlisées, les actuelles négociations nationales sur l’encadrement sont une occasion historique pour établir la définition de ce qu’est un cadre. La catégorie est reconnue par le Code du travail qui n’en fournit cependant pas de définition. Ce qui donne lieu à d’âpres débats sous-tendus par le rôle économique primordial des cadres que les syndicats, dont FO, voudraient voir reconnus à la hauteur de leurs engagements.

FO Fonction publique passe à l’action

Service Public par  Valérie Forgeront

L’initiative a été décidée « au regard de la situation sociale tendue et dramatique » qui règne actuellement dans le pays et cela couplé à la constatation que « le traitement appliqué aux fonctionnaires n’est plus acceptable » lançait le 30 janvier à Paris lors d’une conférence de presse le secrétaire général de l’Union interfédérale FO des fonctionnaires (UIAFP-FO), Christian Grolier. FO fonction publique programme donc une semaine d’actions du 3 au 10 février.

Personnels de Santé : ils exigent des réponses à la hauteur

InFO militante par  Valérie Forgeront

Des dizaines et des dizaines de milliers de personnels des établissements de Santé, publics et privés, ont quitté leurs services pour descendre dans les rues ce mardi 16 juin à l’appel de plusieurs syndicats dont FO. Dans plus de 220 cortèges sur le territoire, ils ont demandé, entre autres, des moyens pour les hôpitaux et de meilleures rémunérations.