Alerte :
Du 30 mai au 3 juin 2022 : XXVe Congrès confédéral à Rouen

Une provocation de plus à l’encontre des personnels hospitaliers ! Pénurie – attractivité – Fidélisation dans les hôpitaux de la région Ile-de-France

Fédération FO-SPSS par Services publics et de Santé

© F. BLANC

Communiqué de la Fédération des Personnels des Services Publics et des Services de Santé Force Ouvrière

En pleine crise sanitaire et dans un contexte particulièrement tendu en termes d’insuffisances d’effectifs, l’ARS Île-de-France joue aux apprentis sorciers. Elle propose, sous couvert de pénurie de professionnels de santé, de faire un chèque dont le montant peut varier de 4 000 € à 7 000 €. Ce chèque serait exclusivement réservé aux professionnels intérimaires en fonction de leur durée d’engagement en contrat à durée déterminée (CDD) de 6 ou 9 mois.

Par le fait de cette différenciation de traitement entre intérimaires et fonctionnaires, elle démontre son mépris envers les agents de la Fonction Publique Hospitalière (FPH) occupant des emplois statutaires (contractuels, stagiaires et titulaires). Elle affiche également son refus d’ouvrir des postes statutaires de fonctionnaires hospitaliers.

Il en est de même pour la prime réa instaurée par le gouvernement qui exclue les aides-soignants et autres professionnels de son versement. Idem pour les heures surmajorées à 50 % qui sont réservées seulement à quelques services. Par ces mesures injustes et discriminantes le gouvernement ne cesse d’opposer les personnels entre eux et par là même fracture l’hôpital public.

L’ARS et le gouvernement feraient mieux de se préoccuper de savoir pourquoi les démissions se multiplient dans le secteur hospitalier. Ils seraient également bien inspirés d’expliquer pourquoi 3 000 postes sont vacants dans la région Île-de-France alors que des milliers d’agents sous statut contractuel sont en attente d’une hypothétique titularisation. Ce n’est certainement pas en créant de toute pièce des mercenaires que l’on motive l’ensemble des troupes au front depuis deux ans. In fine le gouvernement continue à mettre en place les mêmes techniques de management que le secteur privé, alors que l’hôpital n’est pas une entreprise.

La Fédération FO-SPS rappelle que c’est par l’engagement et le dévouement sans faille des agents hospitaliers que l’hôpital est encore « debout ». Il faut donc que chaque prime soit versée à l’ensemble des agents hospitaliers, ceci quel que soit son grade ou son affectation.

La Fédération FO-SPS revendique la mise en œuvre d’une véritable politique d’attractivité des métiers de la santé dans la FPH qui doit reposer sur les piliers suivants :

  • Statut ;
  • Rémunération ;
  • Conditions de travail ;
  • Articulation vie privée/vie professionnelle.

Sans ces éléments fondamentaux, il ne peut y avoir de stabilité durable.

C’est pourquoi, la Fédération FO-SPS exige une réponse à la hauteur des enjeux, par la titularisation immédiate et massive des agents contractuels, une campagne de valorisation des métiers de la santé suivie de recrutements massifs sur l’ensemble du territoire.

C’est en changeant radicalement de paradigme que l’hôpital public pourra être en état de répondre aux besoins de la population ; sans cela les mêmes causes continueront à créer les mêmes effets.

Le 1er février 2022, la Fédération FO-SPS organisera une conférence nationale sur l’état de santé de l’hôpital. Elle démontrera les effets néfastes des politiques menées par les gouvernements successifs qui ont eu pour conséquence le délitement de l’hôpital public.

Services publics et de Santé Secrétaire général

Sur le même sujet