Emploi et Salaires

Ville de Lyon : les agents en grève pour les salaires

, Françoise Lambert

Recommander cette page

© Stéphane AUDRAS/REA

Les salariés de la municipalité se mobilisent pour des hausses de leur rémunération.

Après les éboueurs de la Métropole de Lyon, qui ont obtenu satisfaction après dix-sept jours de grève, c’est au tour des agents de la municipalité de faire valoir leurs revendications. À l’appel de FO et de quatre autres syndicats, ils ont entamé un mouvement de grève le 12 avril pour demander une hausse de leurs rémunérations, une meilleure prise en charge de leur mutuelle, des moyens humains supplémentaires et une véritable politique d’amélioration des conditions de travail.

Les syndicats revendiquent une augmentation de 100 euros net par mois pour tous les agents touchant moins de 2 700 euros brut et une participation accrue de leur employeur à la mutuelle jusqu’à hauteur de 50 %, contre 33 % aujourd’hui.

Dans le cadre de la renégociation du contrat de mutuelle, ils souhaitent en outre le maintien de la subrogation, qui permet le maintien par la Ville du complément de salaire en cas d’arrêt de travail, qui entraîne le passage à un demi-traitement.

Avancements de carrières en question

Une troisième revendication concerne le passage de 2 200 agents de catégorie C du grade C2 au grade C3, parmi lesquels les jardiniers de la Ville et des salariés qui travaillent dans des écoles, des crèches ou des Ehpad.

Cela représenterait 200 à 300 euros brut en plus par mois et par personne, selon les métiers, explique Franck Guyonnet, secrétaire du syndicat FO des agents de la Ville, interrogé le 18 avril. La municipalité a proposé d’étaler la mesure sur quatre ans, mais beaucoup de ces agents vont partir à la retraite avant qu’elle ne soit mise en place. C’est pourquoi nous voulons une application immédiate. Les syndicats demandent en outre un avancement de carrière jusqu’au bout du cadre d’emploi pour les agents de catégorie C.

La ville peut tout à fait financer nos revendications, car les rentrées d’argent, cela ne manque pas à Lyon. Mais la municipalité n’a fait aucune proposition, on nous a même indiqué que leur satisfaction entraînerait une hausse des impôts de nos concitoyens, proteste Franck.

Après une première grève le 12 avril, les agents de la Ville de Lyon ont de nouveau cessé le travail le 19 avril. N’ayant pas eu de réponse à leur demande d’ouverture de négociations, les syndicats maintiennent pour l’instant leur préavis de grève déposé pour les 29 et 30 avril, ainsi que les 2 et 3 mai.