Ascométal victime de la voracité de ses actionnaires

Redressement judiciaire par Mathieu Lapprand

Depuis le 6 mars dernier, le groupe sidérurgique Ascométal, spécialiste des aciers spéciaux, est placé en redressement judiciaire. Les 1 900 salariés sont aujourd’hui dans l’attente de l’intermédiation du ministère du Redressement productif, qui a pris ce dossier en main.

Deux mille deux cents salariés en 2012, 1 900 en 2014, les six sites du groupe Ascométal ont déjà payé un lourd tribut lors de leur rachat par le financier Apollo. Le groupe a été vendu en 2011 à ce fonds d’investissement américain, un spécialiste des LBO (Leverage Buy-Out, un achat par effet de levier), gérant plus de 60 milliards de dollars.

11,75% de marge en 2012

L’achat par LBO signifie que l’américain Apollo s’est endetté (360 millions d’euros) auprès de banques américaines, Morgan Stanley et Bank of America, pour acquérir le groupe sidérurgiste. Ascométal rembourse donc à ces banques l’emprunt effectué par Apollo pour son rachat. Pour Frédéric Souillot, secrétaire fédéral de FO Métaux, « le remboursement de la dette de 360 millions d’euros, générée par Apollo en 2011, est à l’origine de sa cessation de paiement : 37 millions d’intérêts par an sur un chiffre d’affaires de 731 millions ». De quoi absorber la mirifique marge opérationnelle, qui était de 11,75% en 2012 : le groupe était en déficit de 53 millions d’euros cette même année.

Depuis plusieurs mois, Apollo réclamait un effacement de sa dette auprès des banques, celles-ci exigeant des contreparties sur la gouvernance du groupe. Aucun accord n’ayant été trouvé, la procédure de redressement amène à la nomination d’un administrateur judiciaire qui gérera la société jusqu’à ce qu’une solution soit trouvée.

La sidérurgie une nouvelle fois victime de voraces financiers ? Comme le rappelle FO Métaux, « dans le cadre de la défense de l’industrie, il est capital de préserver Ascométal », car si le groupe périclitait « d’autres secteurs essentiels pour l’industrie française pourraient connaître des situations difficiles ».

 Voir en ligne  : FO Métaux - Site Internet

Mathieu Lapprand Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Delphi France : Fermeture du site de Périgny en 2016

Communiqué de FO Métaux par Métaux

La Direction de l’équipementier automobile Delphi France a annoncé, lors du Comité Central d’entreprise du 4 mai 2015, la fermeture du site Delphi France à Périgny qui produit des injecteurs.
La fermeture du site de Périgny concerne 320 salariés qui risquent de perdre leurs emplois.
La direction (...)

Automobile : la transition écologique devra préserver les emplois

Toute l’actualité par Valérie Forgeront

Si elle peut contribuer à protéger l’environnement, la mutation industrielle du secteur de la construction automobile, pour davantage d’écologie, menace des centaines de milliers d’emplois s’inquiète FO Métaux. La fédération demande à l’État des mesures d’accompagnement pour une filière qui compte plus de deux millions de salariés en France.

PSA « Back in the race »

Toute l’actualité par Métaux

Aujourd’hui Carlos Tavares, le nouveau patron de PSA, présente à Paris sa nouvelle stratégie sous le nom de « Back in the race ». C’est une relance du Groupe PSA avec de nouveaux moyens :

Congrès FO Métaux : trois jours au cœur des revendications

XXIIe congrès de la fédération FO-Métaux par Valérie Forgeront

Près de 900 délégués FO et leurs invités français et internationaux ont participé du 25 au 27 mai au XXIIe congrès de la fédération FO Métaux à La Rochelle (Charente-Maritime). L’occasion pour les militants de croiser leurs expériences et de bâtir leurs revendications.