Arithmétique des chiffres de la rentrée

Service Public par Evelyne Salamero

Quelque 12,34 millions d’élèves sont attendus par 855 000 enseignants, indique le ministère. La rentrée serait donc idyllique puisque cela représente 1 enseignant pour 14 élèves. Mais qui a déjà vu des classes de 14 élèves ? L’astuce consiste à ne pas préciser que tous les emplois créés ne sont pas des temps plein.

Alors que le budget 2015 prévoit 3 649 créations d’emplois d’enseignants dans le second degré public – où les effectifs vont augmenter en moyenne de 27 000 élèves en cette rentrée –, cela ne correspond qu’à 2 550 postes supplémentaires à temps plein sur le terrain. Comme lors des trois dernières années, beaucoup de créations de postes concernent des stagiaires employés à mi-temps. Depuis 2012 en effet, les enseignants en formation sont de nouveau comptés dans les effectifs fonctionnaires.

Une classe de plus pour… 59 élèves de plus

Dans le premier degré, les 3 800 postes prévus au budget correspondent à 2 511 postes à temps plein et 464 classes ouvertes alors que 27 300 élèves supplémentaires sont attendus, ce qui correspond à une nouvelle classe par tranche de… 59 élèves supplémentaires.

À ce compte-là, le ministère se félicite d’avoir déjà créé 35 227 postes dans l’éducation depuis 2012 et assure que la promesse de campagne du candidat François Hollande d’en créer 60 000 au total en cinq ans sera tenue. Sachant qu’il ne reste qu’un exercice budgétaire et une rentrée d’ici à 2017 pour créer les 25 273 qui manquent au compteur, on voit mal comment cela pourrait se réaliser dans le cadre de la politique d’austérité. Astuce ou pas. 

Evelyne Salamero Journaliste à L’inFO militante - Rubrique internationale

Sur le même sujet

Mobilisation réussie contre la réforme des collèges

Emploi et Salaires par Evelyne Salamero

L’heure était une nouvelle fois à la mobilisation ce 19 mai. Plus de 50% des enseignants des collèges ont répondu à l’appel à la grève de six de leurs organisations syndicales (sur huit), à commencer par FO (deuxième syndicat dans le secondaire), contre le projet de réforme du collège. Les personnels territoriaux étaient également dans l’action, à l’appel de FO et de quatre autres organisations syndicales, exigeant notamment l’abandon du projet de réforme territoriale (loi Notre) ainsi que le retrait du pacte de responsabilité et du plan de réduction des dépenses publiques.

Mardi 7 mars : grève et manifestation nationale à Paris

Mobilisation par Enseignement, Culture et Formation professionnelle

Fonctionnaires hospitaliers, territoriaux, de l’État, salariés de l’Action sociale, de la Sécurité sociale, de Pôle emploi… les revendications sont les mêmes : défense des statuts et des garanties collectives ; défense des services publics, et création des postes nécessaires ; augmentation des salaires, augmentation du point d’indice d’au moins 8% ; défense de la Sécurité Sociale, contre la privatisation et le déremboursement.

Enseignants - Évaluation, rendez-vous de carrière obligatoires : pressions et tensions permanentes

Service Public par Enseignement, Culture et Formation professionnelle

Alors que des milliers d’enseignants, de CPE, de PsyEN ont reçu le jour du départ en vacances, et vont recevoir, sur leurs boîtes professionnelles un courrier leur indiquant qu’ils sont éligibles à un rendez-vous de carrière dans la continuité de la mise en place de PPCR, le ministère réunissait le 12 juillet les organisations syndicales pour mettre en place un « guide du rendez-vous de carrière ».

« Ni amendable, ni négociable, retrait, retraite de la loi Blanquer ! »

Service Public par Enseignement, Culture et Formation professionnelle

Le 29 mars, face à l’ampleur de la mobilisation des enseignants pour le retrait de la loi Blanquer, face à la détermination des grévistes qui, en AG, ont décidé la reconduction de la grève dans de nombreux départements (Paris, Toulouse, Angers, le Puy de Dôme…) le ministre de l’Education nationale a adressé par mail à tous les enseignants un ultime plaidoyer pour son « école de la confiance ».