Assister les délégués du personnel : un représentant par confédération syndicale est autorisé

Représentation par Mathieu Lapprand

La chambre sociale de la Cour de cassation a rendu un arrêt, le 28 janvier 2015, autorisant les délégués du personnel à se faire assister par un représentant de leur confédération respective. C’est un revirement par rapport à l’arrêt de la cour d’appel de Metz du 12 février 2013, qui portait sur l’interprétation de l’article L 2315-10 du Code du travail. Cet article dispose que « les délégués du personnel peuvent, sur leur demande, se faire assister d’un représentant d’une organisation syndicale ».

Les juges de Metz avaient alors estimé que cet article « se borne seulement à envisager la faculté pour les délégués du personnel dans leur ensemble de se faire assister par tel ou tel représentant ». Ils contestaient l’interprétation de l’article L 2315-10, qui « aurait pour effet de créer et d’imposer à l’employeur un type de réunions mensuelles avec les organisations syndicales qui n’est pas prévu par le Code du travail ». Les juges estimaient en effet que l’article mentionné désignait « les » délégués du personnel et non « chaque » délégué. 

« Les » délégués ou « chaque » délégué ?

Jugement : Les circonstances
Un employeur a dénoncé un usage qui permettait aux délégués du personnel d’être assistés de plusieurs représentants syndicaux lors des réunions mensuelles. L’un des syndicats a saisi le conseil de prud’hommes pour ordonner à l’employeur d’autoriser les délégués à être assistés des représentants syndicaux de leur choix. Après avoir été débouté, le syndicat a finalement obtenu gain de cause auprès de la chambre sociale de la Cour de cassation.

La Cour de cassation n’a pas partagé cette analyse de l’article. Bien au contraire, son arrêt stipule que « l’article L 2315-10, alinéa 2, du Code du travail ne limite pas à un représentant le nombre de représentants syndicaux pouvant être appelés à assister les délégués du personnel lors de la réunion prévue à l’article L 2315-8 du même code, mais à un représentant par confédération syndicale ». En clair, chaque délégué du personnel dispose du droit de se faire assister par un représentant de sa confédération, dans la limite d’un seul représentant par confédération représentée dans la réunion.

En conséquence, deux représentants de la même confédération, bien qu’appelés par des élus différents, ne pourront assister en même temps à la réunion. Mais contrairement à la précédente interprétation, chacune des confédérations pourra apporter son soutien et son expertise à ses propres délégués. 

Mathieu Lapprand Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

L’élection : Syndicat national des collaborateurs parlementaires

Entre Militants

Le SNCP FO, Syndicat national des collaborateurs parlementaires, a saisi le tribunal administratif de Paris lundi 18 mai pour obtenir l’élection à l’Assemblée nationale de représentants pour les 2 000 assistants des députés, réclamant « des élections de site ». Un tel mode de scrutin est prévu par le Code (...)

Lot-et-Garonne : Obtenir le retrait du projet de loi Travail

Congrès d’UD par Françoise Lambert

Le XXVe congrès des syndicats FO de l’Union départementale du Lot-et-Garonne s’est tenu à Bon Encontre, à côté d’Agen, le samedi 11 juin. Christophe Attias (SNUDI) a été élu secrétaire général de l’Union départementale, en remplacement Christian Mary, qui avait souhaité ne pas attendre la retraite pour se retirer de ses responsabilités, dans le but de contribuer au rajeunissement de l’équipe.

Développement de la culture du dialogue social : Abstention de Force Ouvrière sur l’avis du Conseil économique, social et environnemental

Communiqué de FO



Force Ouvrière s’est abstenue sur le vote de cet avis, objet d’une saisine gouvernementale en plein débat sur le projet de loi travail.

Le fait d’avoir obtenu, d’une part, le rappel à l’exemplarité de l’État sur l’application à l’article L1 du Code du travail et, d’autre part, de revoir la rédaction de (...)