Chez Macosa, les élus FO exercent leur droit d’alerte pour danger grave et imminent

InFO militante par Elie Hiesse, L’Info Militante

Pour protéger la santé des salariés de Macosa, l’un des derniers fabricants de lingerie en France, implanté à Bonnétable (Sarthe), FO ne lâche rien. Lundi 30 janvier, les élus FO du CSE (comité social et économique) ont exercé leur droit d’alerte pour danger grave et imminent (DGI), pointant un gros risque de RPS [risques psychosociaux, NDLR] et un gros mal-être professionnel. Une dizaine de salariés de la PME familiale (qui en compte cent) seraient concernés. Deux cas de syndrome d’épuisement professionnel (burn-out) y font déjà l’objet d’une demande de reconnaissance en maladie professionnelle, instruite par la CPAM.

Pas de registre DGI

Nous avons demandé à la direction le registre de signalement des dangers graves et imminents pour y consigner le déclenchement du droit d’alerte. Mais elle a prétendu ne pas savoir qu’elle est obligée d’en avoir un. Elle nous prend pour des lapins de trois semaines !, tonne Élodie Fouqueray, déléguée syndicale de FO, unique syndicat. L’absence de registre DGI expose Macosa à une amende de 10 000 euros. La direction, qui est tenue de prendre toutes les mesures nécessaires pour remédier immédiatement à la situation de danger, a fini par convoquer une réunion extraordinaire du CSE le 7 février, mais sans inviter l’inspection du travail. FO s’est chargée de le faire.

Elie Hiesse Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Burn-out, des constats mais encore peu de mesures

Risques psychosociaux par Nadia Djabali

Le syndrome d’épuisement professionnel ou burn-out pourra-t-il enfin être classifié en maladie professionnelle ? Pas si simple. D’abord parce que sa définition souffre de contours mal définis rendant mal aisé une prise en charge efficace. Un rapport parlementaire présenté le 15 février, pointe le manque de reconnaissance de ce syndrome lié à l’activité professionnelle.

Face à la régression sociale, FO Com appelle à la résistance

Congrès d’UD par Clarisse Josselin

Le 23e congrès de la fédération FO Com s’est tenu du 11 au 14 juin à Marseille, en présence d’environ quatre cents délégués. La préservation des services publics, des acquis sociaux, des conditions de travail et de l’emploi ont été au cœur des discussions. Christine Besseyre a été élue au poste de secrétaire générale.