Déléguée syndicale dans un autre monde, une banque

Portrait par Mathieu Lapprand

© M. Lapprand

Émilie Nougaret est une employée de banque syndiquée. Elle développe les implantations FO dans le secteur privé de son département.

Militante au Crédit agricole d’Ille-et-Vilaine, Émilie est un « pur produit » du Crédit agricole, selon ses termes, son premier et unique employeur. Recrutée il y a une quinzaine d’années, Émilie s’est syndiquée il y a dix ans. En immersion depuis tout ce temps dans cet univers spécifique, Émilie en a appris les codes et le fonctionnement, mais elle a su préserver son opiniâtreté et ses convictions.

Les banquiers, des patrons « décomplexés »

Siégeant au conseil d’administration de la Caisse régionale de la banque, Émilie a vu passer plusieurs types de directeurs généraux, des grands communicants avant la crise, des financiers pendant et dorénavant des patrons « décomplexés ». Aujourd’hui, après la crise, certains collègues disent ne « plus reconnaître l’entreprise qui les a embauchés », et ils abandonnent des statuts avantageux.

Mais Émilie est également responsable de l’accompagnement du secteur privé de l’union départementale. Elle y assure le suivi de la syndicalisation et intervient en soutien des syndicats du département. Si les méthodes policées du monde bancaire ont pu générer des décalages avec d’autres militants lors de sa prise de fonctions, c’est son mode d’intervention et ses manières de faire différentes qui ont permis de dénouer des problèmes, de résoudre des conflits. C’est, selon elle, « ces différences qui font la force et la richesse de FO ».

Mathieu Lapprand Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

De 25 000 à 30 000 emplois menacés dans les banques

Emploi et salaire par Clarisse Josselin

Malgré les milliards d’euros de bénéfices engrangés par les banques en 2016, les plans sociaux se multiplient, des agences ferment, les salaires stagnent et les conditions de travail se dégradent dans la branche. FO lance l’alerte et en appelle au gouvernement.