Événement - FO Hebdo

Directive détachement, une difficile révision pour l’égalité entre travailleurs

, Nadia Djabali

Recommander cette page

Les travailleurs détachés doivent bénéficier des mêmes droits que les autres travailleurs. © Richard DAMORET / REA

Adoptée il y a plus de vingt ans, la directive européenne sur le travail détaché doit être révisée. Mais un accord semble difficile à trouver tant les points de vue des États sont divergents.

Rémunérations parfois très inférieures au Smic, heures supplémentaires non rémunérées, dépassement des durées maximales de travail, frais de transport et d’hébergement non remboursés, conditions de travail et d’hébergement parfois indignes, établissements boîte aux lettres créés dans un autre État membre pratiquant des taux de cotisations sociales plus faibles, défaut de déclaration de travailleurs détachés, la liste des dérives est longue. La Commission européenne a décidé en mars 2016 de réviser la directive qui s’applique aux employeurs envoyant un salarié dans un autre État membre pour y travailler temporairement. Elle propose en outre la création d’une nouvelle autorité commune du travail. Elle serait chargée d’inspecter et de faire appliquer les règles en matière de détachement sur tout le territoire européen, y compris dans les départements d’outre-mer.

Pourquoi cette révision ? En 1996, lors de l’adoption du texte initial, l’Union européenne (UE) était composée de quinze États au sein desquels les écarts de salaire minimum et de cotisations sociales étaient de un à trois. L’élargissement de l’UE à vingt-huit États membres entre 2004 et 2013 a fait bondir ces écarts à de un à dix. Résultat : entre 2007 et 2015, le nombre de travailleurs détachés est passé d’environ 600 000 à 2,05 millions.

Une majorité qualifiée

140 000 

C’est environ le nombre de salariés détachés envoyés par la France dans les pays de l’Union européenne.

Aujourd’hui, la révision de la directive de 1996 est applaudie par les pays de l’ouest de l’UE, qui constituent les principales destinations des travailleurs détachés. En revanche, les trois pays baltes, la Bulgarie, la Tchéquie, la Pologne, la Roumanie et la Slovaquie voient d’un mauvais œil une réforme qu’ils considèrent comme une entrave à leur liberté de circulation.

En juin 2017, malgré les divergences de vue, une majorité qualifiée (au moins 55 % des États membres représentant au moins 65 % de la population de l’UE) d’États favorables à la révision semblait envisageable. Mais la France a demandé un durcissement de la directive, notamment la limitation à 12 mois du détachement, au lieu des 24 mois proposés par la Commission, et des règles plus strictes pour lutter contre la fraude.

Les négociations entre États ont repris en septembre afin d’essayer de trouver un accord, si possible avant la rencontre, le 23 octobre, des ministres de l’Emploi, des Affaires sociales, de la Santé et de la Protection des consommateurs.

De son côté, la commission emploi du Parlement européen a adopté, le 16 octobre, le rapport des députés Élisabeth Morin-Chartier et Agnes Jongerius. Ce dernier soutient la limitation à 24 mois. Ce rapport sera soumis au vote du Parlement le 26 octobre. Si aucun accord ne se détache, les textes actuels continueront de rester en vigueur.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Éphéméride

21 novembre 1831

La révolte des Canuts
Le célèbre mouvement qui, en imposant un « tarif » pour le travail fit naître, en quelque sorte, le Smic, un salaire garanti. La crise économique nationale et régionale, liée à la révolution de 1830, va entraîner les ouvriers lyonnais dans un mouvement revendicatif purement social, précurseur sur de (...)

Le célèbre mouvement qui, en imposant un « tarif » pour le travail fit naître, en quelque sorte, le Smic, un salaire garanti. 

La crise économique nationale et régionale, liée à la révolution de 1830, va entraîner les ouvriers lyonnais dans un mouvement revendicatif purement social, précurseur sur de nombreux points. 

Au début du XIXe siècle, l’économie lyonnaise reste largement dominée par la soierie. Mais la concurrence internationale et la transformation de l’économie locale dès 1827 entraînent un appauvrissement général de la population. Le salaire des ouvriers de la soie, les fameux Canuts, tombe à dix-huit sous pour quinze heures de travail journalier. Cette situation n’est guère appréciée par ces ouvriers spécialisés, largement en avance dans l’organisation de leurs droits. Dès 1811, ils obtiennent un tarif minimum. En 1826, ils disposent déjà de leur propre société de secours mutuel. La révolution de 1830 va les électriser. 

Le 27 juillet 1830, les ouvriers parisiens se révoltent contre les dernières ordonnances de Charles X. Le drapeau tricolore devient l’emblème des insurgés des trois glorieuses, immortalisées par Victor Hugo dans"Les Misérables". La chute des Bourbons crée une véritable onde de choc. Bruxelles et Varsovie se révoltent en août et novembre 1830. 

Lyon n’y échappe pas. Le 18 octobre 1831, les chefs d’atelier des soieries demandent au préfet du Rhône, Bouvier-Dumolart, de réinstaurer un tarif minimum. Le 25, six mille Canuts, chefs d’atelier et compagnons-ouvriers, manifestent pour soutenir leur revendication. Le jour même, le préfet accepte. Une commission patrons-ouvriers entérine le tarif. Mais une minorité d’une centaine de fabricants refuse ce tarif, arguant d’une baisse des ventes. 

L’agitation reprend alors et les ouvriers-compagnons, eux aussi organisés, débordent les chefs d’atelier. Le 21 novembre 1831, les premières barricades s’élèvent dans le quartier de la Croix Rousse. La Monarchie de Juillet y envoie la police et les gardes nationaux, mais parmi ces derniers se trouvent nombre de chefs d’atelier. C’est ainsi que neuf cents gardes nationaux passent au côté des insurgés. Le 22 novembre, la Croix Rousse et la Guillotière sont aux mains des ouvriers qui brandissent un drapeau noir où est brodée la devise"Vivre en travaillant ou mourir en combattant". Le 23, les autorités quittent la ville alors que les agitateurs républicains tentent de récupérer le mouvement. 

À l’unanimité les Canuts refusent cette intrusion du politique dans le social. Leur bannière est noire comme leur peine et non tricolore. Le 24 novembre, le préfet, qui avait obtenu le tarif, donc respecté par les Canuts, rétablit le calme. Mais le nouveau roi, Louis-Philippe, ne l’entend pas de la même oreille. Ce "Roi des Français" et non plus "Roi de France" envoie vingt mille soldats dans la capitale des Gaules, sous la conduite du maréchal Soult. Ce dernier désarme la population, licencie la garde nationale, révoque le préfet, abroge le tarif du 25 octobre.La révolte ouvrière des Canuts est brisée et il faudra attendre 1848 pour revoir pareil mouvement social. Cinq mois plus tard vingt mille Parisiens meurent lors d’une épidémie de choléra.

 

Mes droits

Une question ? Une réponse