Mobilisation

Énergie : nouvelle journée de grève le 14 mars

, Evelyne Salamero

Recommander cette page

Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

Une semaine après la grève du 7 mars, aussi fortement suivie, voire plus à certains endroits, notamment à EDF, que celle du 31 janvier dernier, FO et les quatre autres fédérations de l’Énergie (CGT, CGC, CFDT, CFTC), ont décidé d’appeler les électriciens et gaziers à une nouvelle journée « entreprises mortes » mardi 14 mars.

Réunies le 8 mars, les organisations syndicales ont constaté dans un communiqué commun le refus des employeurs de répondre aux revendications des salariés et lancé un nouvel appel à la mobilisation.

La première revendication porte sur les salaires, avec l’exigence d’une ouverture de négociation sur le Salaire national de base (SNB), alors que les employeurs en ont annoncé le gel pour 2017.

Le SNB, négocié au niveau de la branche, conformément à l’article 9 du statut des personnels des industries électriques et gazières, est l’unité de base dont tout salaire du secteur est un multiple.

Contre le blocage des salaires et pour l’arrêt des suppressions d’emplois

Son augmentation bénéficie donc à l’ensemble des salariés de la branche, quel que soit le résultat de des négociations qui ont lieu ensuite au niveau des entreprises, contrairement aux mesures individuelles (également réglementées par le statut et dont le volume global est aussi négocié au niveau de la branche) mais qui restent ensuite par définition tributaires des choix de la hiérarchie.

La défense du service public et donc celle des effectifs sont aussi au centre des préoccupations des salariés du secteur qui exigent l’arrêt des fermetures de sites et des suppressions massives d’emploi. La fermeture de l’ensemble des tranches fiouls des centrales thermiques est notamment programmée d’ici 2018 et 3900 suppressions d’emplois ont d’ores et déjà été annoncées au total par la direction d’EDF d’ici 2019, à ajouter aux 2000 déjà effectuées en 2016.

La Fédération européenne du service public (EPSU) a apporté son soutien à l’appel à la grève du 14 mars, relayant, via Twitter et son site Internet, le communiqué d’appel des cinq organisations syndicales.

 

A propos de cet article

Sur l’auteur

Evelyne Salamero

Journaliste - Rubrique internationale

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément