Force Ouvrière en première ligne pour défendre les salariés de Conforama

Emploi et Salaires par Employés et Cadres

Communiqué de la FEC-FO - Section fédérale du Commerce

La publication d’un article de BFM Business le 27 février 2019 a plongé les salariés de Conforama France dans la stupeur et l’angoisse. Restructuration, suppression de 2 000 postes, fermeture de 40 magasins, vente probable de l’Enseigne… Tout cela en conséquence de la dette abyssale de l’actionnaire sud‐africain Steinhoff, provoquée par des malversations comptables.

Un communiqué interne du P‐DG du Groupe Conforama adressé le même jour à l’ensemble des salariés, ne les a pas rassurés, puisqu’aucun démenti à ces informations n’a été apporté.

Force Ouvrière s’est vivement indigné du manque total de transparence et de la « langue de bois » pratiqués par la direction générale de Conforama. Comment admettre d’apprendre par la presse des informations aussi graves sans que ni les salariés ni leurs représentants n’en aient eu auparavant le moindre soupçon de l’ampleur de la casse sociale à venir ?

Une réunion le 5 mars 2019 avec les 4 organisations syndicales, les secrétaires du Comité Central d’Entreprise et la direction générale a apporté quelques éléments qui se voudraient rassurants : les représentants du personnel auraient été informés et consultés en cas de revente ou de restructuration massive, aucune fermeture de magasin n’a été budgétée pour cette année, un financement complémentaire de Conforama par Steinhoff serait en cours de finalisation, preuve que Conforama ne sera pas liquidé… Il ressort toutefois que la vente du Groupe Conforama est très probable, dans un avenir de 3 ans au plus tard, avec la restructuration qui ira avec.

Plus inquiétant, le P‐DG du Groupe Conforama n’apporte aucun démenti formel aux propos de BFM Business, ce qu’il explique par le fait qu’il ne participe pas aux décisions du « Board » de Steinhoff quand celles‐ci concernent Conforama, pour des raisons de conflit d’intérêt. Ainsi, rien n’est exclu pour l’avenir.

Force Ouvrière s’engage à lutter contre tout projet de restructuration dont les seuls à faire les frais seraient des centaines de salariés qui ont tout donné à l’entreprise pour en faire un des fleurons du marché, qui pour nombre d’entre eux lui sont fidèles depuis des dizaines d’années et qui ne sont pour rien dans une situation créée par la malhonnêteté d’un actionnaire dont le seul credo est : Je m’enrichis, quel qu’en soit le prix à payer par les salariés qui me font vivre.

Employés et Cadres Secrétaire Général

Sur le même sujet

Castorama : FO ne signe pas le plan social

Emploi et salaires par Clarisse Josselin

FO a refusé de signer mi-juillet deux accords qui entérinent la fermeture de onze magasins Castorama et Brico Dépôt et suppriment près de 800 postes. Le syndicat conteste le motif économique avancé par la direction.

Commerce et banque : FO condamne des licenciements boursiers en cascade

Emploi et salaires par Clarisse Josselin

En amont de la manifestation contre le projet de réforme des retraites, la fédération des employés et cadres FEC-FO a organisé le 21 septembre une conférence de presse pour dénoncer les licenciements boursiers en cascade dans les secteurs du commerce et des banques. Des représentants des salariés de Conforama et Castorama ont apporté leur témoignage.

Vivarte - Conforama, mêmes prétextes, même désastre social

Emploi et Salaires par Employés et Cadres

Le Groupe d’habillement et de chaussures Vivarte, selon la presse économique, a subi une sévère « cure de minceur » depuis quelques années : passage de 16 à 2 enseignes, réduction drastique du nombre de salariés, passés de 22 000 en 2014 à 16 000 début 2017 et bientôt à 9 000 à l’issue de nouvelles cessions annoncées.