Grèce : 2 ans avec sursis pour 8 ans d’austérité

Économie par Michel Pourcelot

Immeuble de l’Elstat (bureau des statistiques grec). Photographie : Akasapis (Own work) [CC BY-SA 4.0]

L’ancien chef du bureau des statistiques grec, l’Elstat, a été condamné à deux ans de prison avec sursis par la justice grecque, le 1er août 2017, pour manquement au devoir. Andreas Georgiou, ancien chef économiste au FMI, est aussi accusé d’avoir maquillé les comptes publics grecs en faisant apparaître un déficit public record pour l’année, chiffre à l’origine de l’inexorable politique d’austérité qui s’est abattue sur la Grèce.

La 5e colonne

Qualifié d’homme de paille de nos créanciers par le syndicat des employés d’Elstat, Andreas Georgiou, fermement défendu par la Commission européenne, était encore membre du conseil d’administration du FMI quand il a commencé à diriger le bureau des statistiques grec. C’est une universitaire, membre de la direction d’Elstat, qui avait déclenché l’affaire en révélant que Georgiou avait gonflé les chiffres, en incluant notamment les dettes des hôpitaux publics. Et mettre les Grecs aux petits soins du FMI.

Michel Pourcelot Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

A qui sert la dette ?

InFOéco n°100 du 17 février 2015 par Pascal Pavageau

Le 25 janvier, les élections législatives grecques ont rendu leur verdict. Avec ce résultat, de fait, le peuple grec a notamment signifié son rejet de la troïka (l’UE, la BCE et le FMI) et celui de son programme mortifère de politiques d’austérité et de réformes structurelles particulièrement (...)

Grèce : ils ont osé dire non

Référendum par Evelyne Salamero

« Est-ce que la proposition soumise par la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le FMI lors de l’Eurogroupe du 25 juin doit être acceptée ? » Les Grecs ont répondu « non » à 61,31 %.