Grèce : L’OIT appelle à l’arrêt des baisses de salaires

Actualités

Alors que le nombre de Grecs menacés de pauvreté est passé de 20 à 44 % et que le pays a perdu un quart de ses emplois entre 2008 et 2013, l’OIT (Organisation internationale du travail) appelle à des mesures d’urgence, en vue notamment d’un arrêt des baisses de salaires. Selon l’OIT, si rien n’est fait la Grèce ne pourra pas retrouver son niveau d’emploi d’avant la récession avant 2038.

Sur le même sujet

La démocratie n’est pas négociable

Éditoriaux de FO par Jean-Claude Mailly

La Grèce ne relèverait-elle que d’une appréciation comptable et budgétaire à laquelle il faudrait tout soumettre ? C’est le cas depuis maintenant cinq ans, avec toutes les conséquences sociales, humaines et économiques que connaît le peuple grec après plusieurs années de purge austéritaire.
Oui, (...)

Grèce : le nouveau gouvernement prend les demandes de Bruxelles au pied de la lettre

La lettre électronique @ ctualités Europe – International n°26 par Secteur Europe - International

Après plusieurs semaines de tractations avec les ministres des finances de l’UE réunis au sein de l’Eurogroupe, le nouveau gouvernement grec a finalement adressé la liste de « réformes » qu’il entend mettre en œuvre en contrepartie de la prolongation de quatre mois l’aide financière extérieure permettant (...)

Yves Veyrier : « À l’OIT, pour que les actes soient en cohérence avec la parole »

Éditoriaux de FO par Yves Veyrier

C ette semaine s’est ouverte la 108e Conférence internationale du travail à Genève. Outre son examen du respect des normes internationales du travail par les différents pays, dont vingt-quatre feront l’objet d’une attention particulière du fait notamment d’infractions graves à la liberté syndicale, elle doit être celle de l’adoption d’une convention importante, destinée à lutter contre toutes les formes de violence et de harcèlement au travail, sujet revenu à la une de l’actualité en France avec le procès concernant France Télécom.